Archives de
Author: Elodie

Mariage de cousins germains (et plus…)

Mariage de cousins germains (et plus…)

De nouveau des découvertes (en deux temps) au détour des archives.

Les parents de Marguerite étaient… cousins germain

Les surprises se situent dans la lignée de Valérie GODON, née de père inconnu. Mais cette fois c’est sa grand mère, Marguerite NEHOU qui m’intéresse. Celle-ci s’est mariée avec Pierre GODON le 13 juin 1809, à Subligny (18). Il est précisé que Marguerite NEHOU est veuve de Marc LEBEAU. Je cherche donc cet acte, jusque là rien de plus normal.

Je découvre l’acte de mariage en date du 28 pluviose an III (16 février 1795). Marc LEBEAU est fils de François LEBEAU et Marie NEHOU. Marguerite NEHOU, âgée de 14 ans, est fille de Jean NEHOU et Marguerite LEBEAU.

Je trouve étrange ce « croisement » des noms de familles ! En remontant d’une génération, je découvre qu’en fait les époux sont cousins germains : leurs parents François et Marguerite LEBEAU sont les enfants de  François LEBEAU et Marie TURPIN ; Marie et Jean, Pierre NEHOU sont les enfants de Silvain NEHOU et Marie JULIEN.

Autre fait pour le moins étonnant, les deux couples se sont mariés … le même jour ! Le 19 novembre 1771 à Subligny. On avait dû faire au mieux pour éviter les dépenses de la célébration, et accessoirement garder le patrimoine en famille !

L’occasion également de découvrir qu’il est bien difficile de réaliser un arbre affichant de tels liens avec la plupart des logiciels de généalogie.

Un second mariage avec le frère de son beau-frère

Les découvertes ne s’arrêtent pas là. Le mariage de Marguerite avec Marc LEBEAU eu lieu en même que celui de Françoise LEBEAU, soeur de Marc, avec un certain Germain GODON.

Le mariage de Marguerite et Marc ne dura que dix ans, de cette union ne naîtra aucun enfant. Pour son second mariage, le choix s’est porté sur Pierre GODON… le frère de Germain !

Les familles restèrent très proches, puisque l’on retrouve encore des LEBEAU par la suite : déclaration du décès de Marguerite, mariages avec ses enfants. J’avais d’ailleurs écrit un article pour les deux cents ans du décès de Marguerite.

Cet article initialement publié le 24 décembre 2012 a été mis à jour le 11 février 2024

Destins croisés de Jean LAUGERAT et Elisabeth MALLET

Destins croisés de Jean LAUGERAT et Elisabeth MALLET

Elisabeth MALLET voit le jour le 16 frimaire an X à 11 heures, au village de Montigny (18). Elle est la fille de Marc MALLET, laboureur, et Marie…MALLET. S’il faisait sans doute frais le jour de sa naissance, l’été est bien là sept mois plus tard lorsque nait son futur époux Jean LAUGERAT le 17 messidor an X à Rians, à 2h du matin. Il est le fils de François LAUGERAT, manœuvre, et d’Anne GRASSOREILLE ; sans doute le patronyme le plus étonnant de l’arbre de mes filles !

Le grand jour est arrivé

Le mariage entre Jean et Elisabeth se tient le 4 février 1824 à Rians. Pour notre couple d’origine modeste, il n’y aura pas de contrat de mariage. Les publications précédant l’union ont bien été faites à Rians, mais également à Nohant-en-Goût, une commune assez éloignée où l’un des époux devait sans doute travailler. Il est probable que ce soit Jean, qui est désigné comme domestique sur l’acte de mariage.

Une toute nouvelle famille

Elisabeth et Jean partent alors vivre à Rians, où viendront au monde leurs enfants.

Leur premier enfant naît le 29 novembre 1827 : il s’agit de Catherine, qui est l’aïeule de mon mari (sosa 43). Quatre an plus tard, le 21 mars 1831, Pierre les rejoint. Puis c’est au tour de Marie le 15 octobre 1833, et enfin François le 29 janvier 1837.

Quatre enfants, c’est assez peu pour l’époque ! Si notre famille vécut à Rians, elle déménagea ensuite à Aubinges, où Jean deviendra bûcheron.

Nous y retrouvons Catherine en 1853 pour son mariage avec Claude PIZON. Malgré le fait qu’il soit boiteux de la jambe gauche, il devait avoir d’autres qualités ! Lors du mariage il était tisserand, mais il fut également coquetier.

Puis vient le tour de la deuxième fille de la famille de se marier. Les noces se tiennent à Ménetou-Salon en novembre 1856 ; Marie épouse Claude LENOIR, avec lequel elle ira s’établir à la Chapelotte. Notre couple ne donnera malheureusement pas de petits-enfants à Elisabeth et Jean, car Marie décède moins d’un an après le mariage, en septembre 1857.

Lors du recensement de 1861, seul François vit encore avec ses parents. Mais Pierre ne devait pas vivre très loin, puisqu’il décède à Aubinges le 19 janvier 1862, à l’âge de 30 ans. Son beau-frère Claude PIZON fut d’ailleurs l’un des témoins.

Une période sombre

Viennent ensuite des mois éprouvants pour la famille… Elisabeth décède le 29 mars 1870 à midi, à l’âge de 71 ans. Son fils François, qui est également devenu bûcheron, déclarera le décès. Il était toujours célibataire, vivant chez ses parents. Quelques mois plus tard la guerre franco-allemande éclate. Étant célibataire et en âge de se battre, François rejoindra la garde nationale mobilisée du Cher, le 1er bataillon. Il décède le 6 janvier 1871 au 4 rue de Chappe à Bourges. Aucun indice sur son acte de décès ne permet de savoir si sa mort est liée à la guerre.

Jean ou Nicolas ?

L’acte de décès de Jean ne figure pas dans les registres… ou plutôt l’officier d’état civil pour une raison inconnue l’a nommé Nicolas ! Bien que les parents ne soient pas les mêmes, un déclarant est Claude PIZON et il est bien indiqué veuf d’Elisabeth MALLLET. L’âge correspond … pour moi il s’agit bien de la personne décédée le 30 avril 1885 à 22h, à l’âge de 82 ans. Bien qu’il soit noté rentier dans son acte de décès et dans les tables de successions et d’absence, un certificat d’indigence lui a été accordé.

Acte de décès de Nicolas, Jean (?) LAUGERAT – Archives du Cher – Etat civil d’Aubinges – 3E 4843
Mauvais garçons

Mauvais garçons

Le point de départ de cet article, dont la première version date de 2016, fut la mise en ligne d’une première vague de fiches matricules de 1859 à 1886 par les archives de la Nièvre.

Si mes ancêtres ne sont pas originaires de la Nièvre, ils dépendaient malgré tout le plus souvent du bureau de recrutement de Cosne-sur-Loire. Me voici donc lancée dans la recherche des hommes de mon arbre nés entre 1839 et 1866 dans l’espoir de trouver quelques nouvelles informations sur eux.

J’en arrive à Frédéric GUENEAU, mon sosa 24, dont je savais déjà qu’il était maçon. Je découvre sa description : un homme de 1,64m, cheveux noirs, yeux gris bleu, visage ordinaire.

Il est appelé à activité le 10 novembre 1880 pour le 4ème régiment du Génie où il deviendra 1er canonnier conducteur. Un certificat de bonne conduite lui sera accordé. Jusque là, rien de très extraordinaire.  Mais que vois-je au pied de page ?

« Condamné le 13 novembre 1902 par le tribunal de Sancerre à 16 francs d’amende (sursis à l’exécution) pour coups et blessures. »

Archives départementales de la Nièvre – Bureau de Cosne, classe 1879 – 1R 69

Moi qui cherchais un peu de piment dans ma généalogie, me voilà servie !

Mais cette condamnation ne fut pas son premier coup d’éclat. La presse nous apprend qu’il devait être d’un naturel bagarreur, puisqu’en octobre 1904 une partie de carte avec son employé dégénéra en coups, et qu’en mai 1907 il prit pour cible deux hommes qu’il accusa d’avoir abimé son tandem.

Je ne m’arrête pas là, voulant retrouver la trace de ses frères. J’avais noté la naissance de René GUENEAU en 1862. Je pars donc à sa recherche. Je découvre qu’il est maçon comme son frère. Il est dispensé de service militaire car Frédéric est déjà au service. Il a ensuite quitté le Berry et fera parler de lui dans le département de la Seine.

Il est tour à tour condamné :

  • Le 24 août 1885 par le tribunal correctionnel de la Seine à 15 jours de prison pour coups et blessures et outrages à agents.
  • Le 9 février 1877 (plutôt 1887 ?) à un mois de prison pour vol à Marseille.
  • Le 29 février 1888 par le tribunal de Gien à 15 jours de prison pour vagabondage.
  • Le 3 avril 1890 à 3 mois de prison pour vol par le tribunal correctionnel de la Seine.

Il est à peine sorti de prison qu’il refait parler de lui en ne répondant pas à la convocation pour la première période d’activité de réserviste en août 1890.

Depuis la première publication de cet article, mes recherches sur René ont avancé grâce aux bénévoles, qui m’ont transmis les informations disponibles sur les condamnations de Gien et de Marseille. Il ne me reste maintenant plus qu’à aller à Paris !

Article initialement publié le 20 octobre 2016, mis à jour le 28 janvier 2024

A la rencontre de Jean Baptiste DEZAT

A la rencontre de Jean Baptiste DEZAT

Pour ce premier généanniversaire de l’année 2024, je vous propose de partir à la rencontre Jean Bapstiste DEZAT. Assez étonnamment, bien que je porte ce même patronyme, Jean Baptiste ne figure pas dans ma lignée patronymique, mais est présent dans l’arbre de ma maman. Il est mon sosa 1010, vous aviez donc rencontré son père en 2020 lorsque je m’étais penchée sur mon sosa 2020.

Jean Baptiste nait le 30 août 1749 à Sury-en-Vaux (18) de François, vigneron, et Marie DELAPORTE, originaire de la commune voisine de Sainte-Gemme.

Dès le lendemain, il sera baptisé en l’église de Sury-en-Vaux. Son parrain est son oncle Jean Baptiste DELAPORTE, de qui il tiendra très certainement son prénom, et sa marraine une certaine Marguerite REVERDY, un patronyme très commun dans le canton.

Le 17 décembre 1772, il épouse Marie Magdeleine FOREST, originaire comme lui de la commune de Sury-en-Vaux. De ce mariage naitrons huit enfants, dont l’aînée Magdeleine, qui est mon aïeule.

J’apprends, au détour de l’acte de mariage de son fils Louis, qu’en 1813 il vit avec sa femme au hameau de la Vallée. Louis, le dernier enfant qui restait avec eux, prendra ensuite son envol pour fonder sa propre famille.

Sury-en-Vaux – Hameau de la Vallée – 6Fi – Archives départementales du Cher

C’est dans ce hameau de la Vallée que sa femme décèdera le 29 novembre 1818 à l’âge de 72 ans. Leur fils Étienne, vigneron, se rendra à la mairie déclarer le décès.

Jean Baptiste vivra malheureusement au cours de sa vie le décès de plusieurs de ses enfants : Jean, Pierre et Jeanne qui n’étaient âgés que de quelques jours. Mais aussi le décès de Magdeleine, mon aïeule morte en couches en mettant au monde son troisième enfant, une petite fille. Mais il verra aussi la naissance du petit-fils qui portera le même patronyme « Jean Baptiste »en 1814, fils de Jean.

Ce sera au tour de Jean Baptiste de quitter ce monde le 17 janvier 1824, mais cette fois-ci au hameau d’Orléans où vécurent plusieurs de mes ancêtres, mais de ma branche patronymique cette fois. Deux de ses fils iront déclarer le décès en mairie : Jean, vigneron à Orléans chez qui il vivait peut-être, et Louis, meunier au moulin de Panquelaine.

Localisation des lieux cités dans l’article
Rétrospective Généalogique 2023

Rétrospective Généalogique 2023

C’est l’un des marronniers de ce blog, chaque changement d’année est propice à faire le bilan de celle qui vient de s’écouler et se projeter dans la nouvelle année qui vient.

Activité sur le blog

C’est un statu quo : treize articles rédigés sur le blog, c’est le même nombre qu’en 2022. Il y en avait eu quatorze en 2021, je suis donc assez constante ! Comme l’an dernier vous pourrez retrouver dans l’infographie ci-dessous les articles de cette année classés par branche de notre arbre :

En plus des articles qui portaient sur la vie d’ancêtres, j’en ai rédigé quelques-uns plus généraux pour aider tout à chacun dans ses recherches :

Avancées dans mes recherches

L’année 2023 fut une belle année de recherches avec pas moins de quatre visites aux archives départementales du Cher ! De quoi bien avancer. C’est aussi une année où j’ai pu sortir de ma zone de confort et consulter des sous-séries que je ne connaissais pas : j’ai déjà parlé de la sous-série O, mais j’ai également consulté les archives préfectorales et celles du cadastre. Cela m’a fait beaucoup d’informations à traiter, vous les découvrirez sans doute dans le blog dans les mois à venir !

Les avancées grâce à l’entraide (et aux archivistes)

Cette année j’ai également reçu l’aide d’autres généalogistes ou de services d’archives qui ont fait des recherches pour moi.

Jean-Pierre, bénévole pour FranceGenWeb, m’a transmis la condamnation pour vol de René GUENEAU à Marseille. C’est le frère de mon arrière-arrière-grand-père Frédéric, qui eu également quelques démêlés avec la justice ! L’histoire du vol vaut son pesant de cacahuètes.

Les archives de la SNCF à Béziers m’ont transmis les dossiers de Marie BALLIN et Étienne PORCHER qui furent garde-barrière dans la Somme. Étienne était le frère de mon aïeule Sidonie.

Un autre service d’archives, cette fois-ci le SAMHA (Service des Archives Médicales Hospitalières des Armées) qui m’a transmis les informations médicales concernant mon arrière-arrière-grand-père François LINARD qui fut blessé lors de la première guerre mondiale.

Enfin, Oriane une gentille généalogiste m’a transmis les informations dont disposaient les archives de l’APHP concernant l’hospitalisation et le décès de Camille LINARD, le frère de François dont je parlais juste avant.

Un grand merci à eux !

Envies 2024

Je n’ai pas de grand projet pour 2024, simplement poursuivre mes recherches. J’ai déjà poursuivi mes recherches concernant Jean Pierre SERVEAU, vous comprendrez un jour pourquoi !

J’espère également pouvoir rencontrer d’autres amis généalogistes, même si ma venue au salon Paris XV n’est pas du tout certaine.

Meilleurs voeux à tous, et au plaisir de voir vos projets pour 2024 !

Il y a 200 ans naissaient Anne Hortense LEGER et Étienne LOISEAU

Il y a 200 ans naissaient Anne Hortense LEGER et Étienne LOISEAU

Célébrons le dernier anniversaire généalogique de l’année 2023 : le 28 décembre 1823 naissait Anne Hortense LEGER. Quelques semaines auparavant, le 19 octobre, naissait son époux Jean « Etienne » LOISEAU.

Malgré leur condition modeste, c’est un couple qui déménagea de nombreuses fois, et durant quelques mois Etienne fut même garde particulier.

Pour leur rendre hommage je vous propose de retrouver les lieux où ils vécurent dans cette infographie interactive (en cliquant vous aurez le nom du lieu et une photographie).

Le mystère du testament de Gaspard MILLARY sera-t’il résolu ?

Le mystère du testament de Gaspard MILLARY sera-t’il résolu ?

La mise en ligne de nouvelles sources par les archives départementales de la Nièvre me permet de mettre à jour une recherche dont j’ai parlé il y a 3 ans maintenant dans cet article. Cela concerne le testament de Gaspard MILLARY, qui légua tout ce qu’il possède à son neveu, mon aïeul, Jean BEAUNEZ. Tous deux quittèrent le village de Préporché dans le Morvan, pour traverser la Loire et s’établir à Herry. Si Jean aura trois femmes et dix-sept enfants, Gaspard terminera ses jours seul, mais dans le même hameau que son neveu.

Extrait de l’acte de mariage de Jean BEAUNEZ avec sa première femme Catherine BALLAND – Herry – 3E 2003 – AD18

J’ai toujours supposé que les liens entre Jean et Gaspard avaient dû être plus que ceux d’un oncle avec son neveu, étant la seule famille à proximité. Gaspard fut notamment témoin du premier mariage de Jean et de la naissance de plusieurs de ses enfants. J’appris dans les documents liés à la succession de Jean BEAUNEZ que ce dernier avait été légataire universel de Gaspard MILLARY. Et je me suis toujours demandé si en-dehors des aspects administratifs, ce testament aurait pu me permettre d’en savoir plus.

Extrait du cahier des charges de la vente aux enchères de certains biens de Jean BEAUNEZ, Minutes de Louis COURSIER – Étude d’Herry – AD18 – 1859 E/23766

Malheureusement pour une raison tout à fait inconnue, Gaspard MILLARY décida que son testament serait dressé par Maître CHARLER à Pouilly-sur-Loire, de l’autre côté de la Loire. Ce dernier exerça à Pouilly plusieurs années puis quitta la ville pour reprendre une étude à Saint-Saulges, dans le même département de la Nièvre. Et si les minutes rédigées à Saint-Saulges furent versées, aucune trace des minutes de son passage à Pouilly. Quelle déception !

Des détails dans l’enregistrement

Qu’à cela ne tienne, j’ai pu explorer une nouvelle piste l’été dernier lors de ma visite aux archives du Cher : celle des registres de mutation après décès. S’il y a eu testament c’est que Gaspard avait des bien, et s’il y avait des biens il y a forcément eu enregistrement. Et c’est bien ce qu’il s’est produit ! Je savais d’avance que dans l’enregistrement il n’y a que des aspects administratifs, mais cela me permettrait au moins de confirmer la date du testament et le notaire (la date est d’ailleurs erronée). On y apprend donc que Gaspard laissa à son neveu :

  • Un lit et des hardes, pour une valeur de 40 francs.
  • Une étable au hameau du Chêne (5 francs de revenu), quatre ares de vigne (3 francs), et 60 ares de terres (14 francs de revenu), pour un capital de 440 francs.
Mutation après décès de Gaspard MILLARY – 1Q/2236 – AD18

La mise en ligne des répertoires de notaires

Une bonne nouvelle a parcouru les réseaux le 15 décembre 2023 : les répertoires de notaires ont été mis en ligne par les archives de la Nièvre. Peut-être la bonne occasion pour en savoir plus ? Le testament y est bien indiqué à la date du 29 juin 1820, et voici ce que le notaire a inscrit dans son registre :

Testament par Gaspard Miliary manœuvre demeurant à Chesne commune de Herry département du Cher au profit de . . . . . . . .

Répertoire de Me CHARLET – 8U 3/157 – AD58

Il semble donc que Me CHARLET n’a non seulement pas versé les minutes, mais en plus ne remplissait pas très consciencieusement son répertoire.

Pensez-vous qu’il y ait d’autres pistes à explorer ?

La construction de l’école mixte de Verdigny

La construction de l’école mixte de Verdigny

L’obligation de la nouvelle école

L’histoire commence le 3 janvier 1869 par un courrier envoyé par la préfecture du Cher à la sous-préfecture de Sancerre.

A M le sous préfet de Sancerre

La commune de Verdigny est tenue d’après la loi comme ayant plus de 500 habitants d’entretenir deux écoles spéciales, l’une de garçons et l’autre de filles.

J’ai l’honneur de vous prier, Mr le sous-préfet d’inviter le conseil municipal à aviser aux moyens de se conformer au voeu de la loi, ou à demander une dispense auprès du conseil départemental pour l’entretien d’une école de filles.

Quelques mois passent, et l’inspecteur primaire se rend à Verdigny. Il rédige son rapport le 14 décembre 1869 où il relate qu’il s’est rendu dans la commune choisir un local destiné à l’école des garçons. Il a visité la maison d’un certain sieur Maréchal située près de l’église, comprenant une grande salle de 6,50 mètres sur 5, deux pièces qui pourraient servir au logement de l’instituteur, des dépendances et un jardin que le propriétaire devra clore. Ce dernier accepte de prêter des tables et bancs en attendant que la commune fasse l’acquisition du mobilier scolaire. Tout sera prêt le 1er janvier prochain pour l’ouverture de l’école et le loyer annuel est fixé à cent francs. L’inspecteur primaire demande à l’inspecteur d’académie d’inviter le conseil municipal de Verdigny à traiter avec le sieur Maréchal pour le bail de la maison et de nommer un instituteur communal qui entrera en fonction le 1er janvier 1870… Le temps presse !

Le préfet reçoit la copie du rapport envoyée le 16 décembre 1870. On lui demande de bien vouloir proposer une délibération au conseil municipal pour que l’école « attendue avec impatience » ouvre le plus tôt possible.

Le conseil municipal se tient le 29 décembre 1869. Mais l’école « attendue avec impatience » ne le semble pas tant que cela par le conseil municipal… Le maire donne connaissance de la lettre de l’inspecteur des écoles primaires. Le conseil municipal semble des plus réservés. Il estime d’une part que le nombre des élèves ne dépasse le chiffre fixé par la loi puisque lors de la mauvaise saison, à partir d’avril-mai, les enfants abandonnent l’école pour s’occuper des travaux dans les champs. D’autre part la commune ne pourrait supporter les dépenses qu’occasionneraient la création d’une seconde école dans la commune. Enfin, il estime que l’école existante est suffisante pour l’instruction de la jeunesse de la commune.

Le conseil municipal refuse donc à unanimité la création d’une nouvelle école dans la commune. Voilà qui complique l’affaire !

Le 31 décembre, le sous-préfet envoie une copie de la délibération du conseil municipal. La rentrée du 1er janvier semble quelque peu compromise ! Il reformule légèrement les termes de la délibération, mais l’esprit reste. Le préfet ou une autre personne de la préfecture soulignera que l’école mixte actuelle est suffisante.

Lettre du sous-préfet de Sancerre au préfet du Cher du 31 décembre 1869 – AD18 – O/310/1

L’affaire passe entre les mains du conseil départemental le 7 janvier 1870. Difficile de statuer : l’inspecteur indique que les familles rencontrées semblent attendre cette nouvelle école, le conseil municipal le contredit. Aucun relevé mensuel de la population scolaire ne permet de se rendre compte du nombre d’élèves. La résolution est ajournée.

Les échanges ont dû se poursuivre, et le ton monte du côté de Verdigny ! Le maire Florent NEVEU (frère d’un de mes ancêtres) écrit une lettre au préfet le 7 mars 1870. Un autre problème apparaît : la population ne voudra pas laisser les jeunes filles à un instituteur, mais préféreront les sœurs qui officient actuellement. Et de conclure :

Ainsi, M le Préfet, à mon âge, ou 36 ans de mairie, je suis réellement confus d’avoir à réfuter de telles assertions, que votre prédécesseur avait réduit à néant.

Le préfet classe la lettre : « Rien à faire pour le moment ».

Lettre du maire de Verdigny au préfet du Cher du 7 mars 1870 – AD18 – O/310/1

Cinq années passent

Le temps passe. Le maire de Verdigny Florent NEVEU n’est plus de ce monde, il est décédé en 1872. Un nouveau rapport de l’inspecteur primaire dresse un tableau assez similaire à 1869, mais le nombre d’enfants à instruire a augmenté. Le choix de la location est laissé de côté, le nouveau projet prévoit la construction d’un bâtiment qui accueillera les deux écoles ainsi que la mairie. Le terrain est sain et accessible facilement depuis les trois hameaux qui constituent la commune. Le voisinage est « convenable ».

Tableau d’assemblage des plans du cadastre. Les hameaux et le bourg sont en vert, la localisation de la mairie et des écoles en rouge – AD18 – 3P 2713/01

Voici la description qui est faite du projet.

  • Tout d’abord pour le logement de l’instituteur. Cuisine avec cheminée, potager et pierre d’évier 12,09 m²
  • Deux chambres à coucher avec cheminée 17,74 m² et 13,65 m²
  • Une cave de 18 m²
  • Un grenier de 77 m²
  • Mairie dans la maison d’école : une pièce de 21 m² avec un accès indépendant
  • Salle d’école pouvant accueillir 77 élèves soit 77m²
  • Surface vitrée 9,84 m²
  • Carrelage ; salle orientée sud-est / nord-ouest
  • Une armoire pour la bibliothèque
  • Cour de récréation de 3 ares 70 centiares. La construction d’un préau couvert n’est pas prévue au devis
  • 4 cabinets, pas d’urinoirs
  • Jardin de 5 ares

L’inspecteur approuve le projet moyennant quelques aménagements : substituer le granit au bois pour les cheminées, abaisser le niveau de la salle de classes pour éviter les escaliers qui y donnent accès, additionner quatre urinoirs. Point dès plus important : il demande d’accorder sur les fonds du département ou de l’état un secours de 5355,27 francs.

Une grande partie des courriers suivant concerneront le financement. En effet le coût du projet est important pour la commune : 12 675,15 francs ! La commune apporte 7319,88 francs, l’état 4462,73 francs. La commune demandera une aide au département pour le reliquat de 892,54 francs.

Secours apporté aux communes, commission départementale du Cher du 16 juillet 1876 – AD18 – O/310/1

Sept ans plus tard

En 1884 a lieu une grande enquête sur la situation des écoles primaires. L’occasion de vérifier si les travaux ont bien abouti !

Nous apprenons que l’école a été construite en 1877, puis a été agrandie en 1883. Des préaux qui n’étaient pas prévus au début ont bien été construits. Du côté des garçons, 43 élèves sont inscrits et 41 sont présents lors de la visite. Du côté des filles les chiffres sont respectivement de 45 inscrites et 32 présentes. Les salles de classe sont estimées être bien équipées, et le chauffage se fait avec un poêle du côté des garçons et à la houille du côté des filles. En-dehors des chiffres, l’enquête recèle un petit trésor : le plan de l’école ! Ou plus exactement du bâtiment qui regroupe mairie, école des garçons, école des filles et logement de l’instituteur.

Plan de la maison d’école de Verdigny – F/17/*/2801 – Archives Nationales
Carte postale ancienne de la mairie (à gauche) et de l’école de Verdigny. Collection personnelle.

J’ai moi même été scolarisée dans cette école en grande section et CP dans la salle qui était autrefois la salle des garçons, soit cent dix ans après la construction !

Sources :
Verdigny : Affaires diverses - O/310/1  - Archives du Cher
Tableau d'assemblage des plans du cadastre - 3P 2713/01 - Archives du Cher
3P 2713/05, Verdigny, 3P 2713/05
Enquête sur la situation des écoles primaires en 1884 : statistiques fournies par les instituteurs - F/17/*/2801 - Archives Nationales
Test d’Heredis 2024

Test d’Heredis 2024

La sortie de la nouvelle version d’Heredis est un marronnier dans l’univers généalogique. Je vous propose mon le test de la nouvelle version de ce logiciel que j’utilise depuis maintenant 14 ans.

Les versions antérieures

Le temps passe vite, et la version d’Heredis installée sur mon ordinateur est la 2021. A l’époque j’avais craqué pour la roue ascendante qui apportait enfin un peu de modernité dans la représentation graphique des arbres. J’avais aussi bien apprécié la possibilité d’indiquer qu’un individu est « complet ».

Pourquoi ne pas avoir acheté les suivantes ?

Chaque mise à jour d’Heredis coûte 50€. J’attends donc d’avoir suffisamment de nouveautés pour justifier cet investissement. Dans la version 2022, la grosse évolution était la roue dynamique de descendance, qui à l’inverse de la roue ascendante est une représentation graphique qui ne me parle pas (beaucoup moins qu’un arbre en tous cas).

J’avais un peu plus hésité l’an dernier pour la version 2023 qui apportait des améliorations sur la gestion des doublons, utile pour faire un peu de ménage dans ma base. Il y avait de nouveau une roue, la roue des régions et le journal de recherches. J’attendais beaucoup de cette amélioration, mais après avoir testé, cela ne correspondait pas à ma manière de gérer mes recherches et j’ai préféré garder mon tableur, qui est plus « personnalisable ». Et lorsque j’ai vu la quantité phénoménale d’actes qui étaient notés « à chercher » cela m’avait conforté dans mon choix.

Alors, Heredis 2024 ?

Dès le jour de la sortie, j’ai téléchargé la version test d’Heredis 2024 en me focalisant sur les nouveautés mises en avant.

  • La chronologie familiale

Il est désormais possible de générer automatiquement une chronologie familiale, à la manière d’une frise chronologique. Le rendu est beau visuellement, mais j’étais complètement perdue dans l’affichage avec un grand nombre d’individus à l’écran. Il m’a fallu passer un petit moment dans les options pour ne garder que les individus qui m’intéressaient, et dans un ordre logique. Une fois cette étape franchie, l’affichage apporte des informations intéressantes et évite d’avoir à utiliser un autre outil pour un résultat équivalent (voire moins beau). Parfait donc pour illustrer un article de blog ou un livre généalogique … sauf que l’export ne propose que le format pdf et aucun format image…

En un clic, une frise chronologique avec les principales dates de la vie d’une famille
  • Une p’tite roue, une p’tite roue, encore une p’tite roue

Je ne l’avais pas vu venir : après la roue d’ascendance, la roue de descendance, voici la roue mixte ! La roue d’ascendance avait pesé lourd dans la balance lorsque j’avais fait mon choix de passer à Heredis 2021. Comme je l’ai indiqué précédemment j’aime moins illustrer la descendance sous forme de roue, je trouve cela moins intuitif. Donc la roue mixte ne m’emballe pas vraiment. Pour mes recherches il m’arrive d’avoir besoin d’une visualisation d’un arbre mixte ascendance / descendance, et je choisis plutôt une représentation par arbre, mais qui mériterait un coup de jeune. Par exemple dans le cas de Jean BEAUNEZ qui a eu trois épouses, l’arbre mixte n’inclue la descendance que pour une épouse (ou alors je n’ai pas su bien paramétrer l’arbre à l’époque). Ce qui n’est pas le cas dans la nouvelle roue, pour laquelle il y a bien tous les descendants.

Roue mixte ascendance et descendance et Jean BEAUNEZ. Colorisation selon le département.
L’arbre mixte de Jean BEAUNE – le mode d’illustration me va bien mais je souhaiterai une petite modernisation et la possibilité d’y inclure tous les descendants

Ce qu’il me manque

1. Pour illustrer mon blog ou un livre généalogique, il me manque une option pour exporter un arbre ou une illustration au format image, alors qu’il n’existe que le format pdf actuellement. C’est une fonction disponible sur Généatique pour les arbres.

2. Une autre modification que j’attends depuis longtemps : les étiquettes. J’aimerais pouvoir ajouter dans la fiche d’un individu une étiquette qui me permettrait d’identifier du premier coup d’œil une information le concernant (exemple ci-dessous), voire de naviguer entre individus en cliquant sur l’étiquette.

Il existe des étiquettes sur Filae, mais avec une liste pré-déterminée d’informations que l’on peut ajouter. Je souhaiterais vraiment la possibilité d’avoir une saisie libre.

3. La résolution d’un bug qui m’embête de temps en temps, avec la zone d’affichage en bas à droite qui devient vierge. Particulièrement gênant lorsqu’il faut choisir un individus et que l’on ne peut pas voir s’il s’agit du bon…

4. Un pack version du logiciel + appli. Je ne peux pas donner mon avis sur l’application, puisque même si je l’achète, elle ne sera pas compatible avec ma version 2021. Un utilisateur qui achète chaque année la nouvelle version du logiciel, doit également investir dans la nouvelle appli, un pack me semblerait judicieux.

5. Une amélioration des arbres maintenant que le travail a été fait pour les roues.

En conclusion

Chaque version apporte des choses intéressantes c’est indéniable ; mais lorsque je fais le bilan de ce qui va me servir dans ma pratique de la généalogie, le compte n’y est pas. La version 2024 ne sera donc pas encore pour moi ; j’attends la 2025 avec impatience !

Les archives sortent du bois

Les archives sortent du bois

A l’occasion de leur réouverture, les archives départementales des Côtes d’Armor ont mis en place une exposition temporaire intitulée « Les archives sortent du bois » ainsi qu’un programme de conférences autour de ce thème. Bien que n’ayant pas d’ancêtres en Bretagne, j’ai eu l’opportunité de la visiter au mois de mai, juste avant d’écouter une conférence fort intéressante sur les charbonniers.

La statue de gauche a fait l’objet d’une vidéo passionnante pour découvrir si elle était bien celle citée dans un acte ancien.

La salle d’exposition est un bel espace, et un livret d’accompagnement était proposé pour mieux comprendre certaines sources. L’exposition était divisée en plusieurs parties, illustrées avec différents documents issus de leurs fonds ou prêtés :

  • Le milieu forestier.
  • De la forêt nourricière à la forêt exploitée. On y évoque ici notamment l’utilisation du bois pour le chauffage, la construction (habitations, maritime) ou encore les tanneries. En effet, jusqu’à l’arrivée du charbon puis de l’électricité, le bois constituait le seul moyen de chauffage et de cuisson. Au Moyen-Âge les villageois pouvaient se procurer du bois de chauffage par le droit d’affouage. Pour le gibier, il était réservé à la chasse, un privilège réservé à la noblesse. D’où la présence des garde-chasses. De même le pâturage des troupeaux fut encadré par le droit de pacage (pour le bétail) et de panage (pour la glanée des porcs).
  • Forêt de pouvoir et d’état. Il y était question des conflits d’usage, du personnel chargé de garder les forêts. Ces conflits ont laissé des traces dans les archives : jugements condamnant les voleurs ou braconniers, des cahiers de doléance se sont même fait l’écho du mécontentement des populations à ce sujet.
  • Forêt et société. La partie sur les métiers liés à la forêt m’a particulièrement intéressée bien qu’elle n’ait pas été la plus importante. Il était également question de la chasse et de la forêt « sacrée ».
  • De la réalité à l’imaginaire. Dans cette dernière partie étaient exposés des arbres généalogiques, mais également des œuvres (musicales ou peintures) évoquant la forêt.

Les fonds d’où provenaient les documents mis en avant

Mes ancêtres et la forêt

Cette exposition et la conférence qui s’en suivait « charbonniers, brûleurs de forêt » étaient l’occasion d’en apprendre un peu plus sur la vie de mes ancêtres qui ont travaillé le ou dans le bois. Parmi mes ancêtres directs se trouvent au moins :

  • Huit sabotiers, dont deux arrière-arrière-grand-pères.
  • Trois charbonniers. Je leur ai consacré plusieurs articles, dont celui-ci.
  • Trois scieurs de long.
  • Un garde forestier.

L’exposition les archives sortent du bois est visible du 22 mars au 8 décembre 2023 aux horaires d’ouverture des archives départementales des Côtes d’Armor. Elle est gratuite.