Il y a 300 ans, le mariage de François BOURGEOIS et Catherine LAUVERJAT

Il y a 300 ans, le mariage de François BOURGEOIS et Catherine LAUVERJAT

Le 21 novembre 1721 à Ménetou-Salon, François BOURGEOIS épouse Catherine LAVERJAT. Cet acte nous donne assez peu de détails, le minimum pour avancer en généalogie. François est fils de François BOURGEOIS et de Marie MILLET. Catherine est fille de Simon LAUVERJAT et de Silvine BORDINAT. Tous sont originaires de la paroisse. Deux autres témoins sont mentionnés, dont un certain Blaise BERTHET.

Acte de mariage de François BOURGEOIS et Catherine LAUVERJAT – Archives du Cher – 3E 0237

Les actes de naissance de leurs enfants nous apprendront que François fut vigneron.

S’il me reste beaucoup d’actes à rechercher sur cette branche (je n’ai même pas encore eu le temps de chercher le mariage des parents), j’ai découvert le triple mariage de trois de leurs enfants le 6 février 1759 à Ménetou-Salon. Leurs enfants ont épousé ce jour des enfants du couple François LAUGERAT et Catherine JACQUET ; ces derniers n’étaient plus en vie au moment du mariage. Les couples concernés sont :

  • François BOURGEOIS (l’aîné de la fratrie) et Jeanne LAUGERAT
  • Étienne BOURGEOIS (le second fils) et Marie LAUGERAT
  • Solange BOURGEOIS (la petite dernière, qui a 17 ans d’écarts avec François) et Michel LAUGERAT. Ce dernier est le couple d’ancêtres de mon mari (sosas 344 et 345)
Il y a 200 ans, le décès de François BONTEMPS

Il y a 200 ans, le décès de François BONTEMPS

Le 14 novembre 1821 à 17 heures, François BONTEMPS décède au hameau des Guenoux, à Subligny ; il est âgé de 61 ans. Son fils aîné Louis (30 ans), et un homonyme qui est sans doute son frère déclareront le décès le lendemain à 9h du matin.

S’il est décédé à Subligny, François est originaire du village voisin de Sury-en-Vaux où il est né en juillet 1760.

Nous le retrouvons à Subligny pour son mariage avec Geneviève LEGER, qui est veuve. Il leur faudra une dispense de consanguinité au troisième degré pour recevoir le sacrement du mariage.

La dispense sera accordée le 29 janvier 1773, et les fiançailles auront lieu quatre jours plus tard (l’avant veille du mariage).

De cette union j’ai recensé 10 enfants, dont Denis BONTEMPS le sosa 112 de mon mari. Au moment de son décès seuls cinq enfants sont encore en vie.

Ligne de vie de François Bontemps – En orange, celle de Denis.
Où se situaient les terres de Germain MOREUX et Geneviève BERTRAND ? [tuto]

Où se situaient les terres de Germain MOREUX et Geneviève BERTRAND ? [tuto]

L’histoire commence en décembre dernier, lorsque je me suis rendue aux archives du Cher pour retrouver le contrat de mariage d’Henri GILLET et Adèle DAMIEN, les sosas 38 et 39 de mon mari. Ce contrat de mariage fut passé en l’étude de Sury-en-Vaux, une commune d’où sont originaires bon nombre de mes ancêtres. Comme à chaque fois, j’ai regardé attentivement tous les autres actes présents dans la liasse « au cas où ». Et BINGO ! En avril 1870, je tombe sur la donation partage de Germain MOREUX et Geneviève BERTRAND à leurs enfants (mes sosas 76 et 77).

L’occasion d’en savoir un peu plus sur les biens que possédait ce couple…

Donation – partage – Minutes d’Etienne-Joseph SALLE, notaire à Sury-en-Vaux, avril-juin 1870 – AD18 – E/19801

1. La transcription de l’acte

La première étape fut de transcrire l’acte. J’utilise pour cela le logiciel Genscriber, qui me permet d’avoir sur le même espace de travail les images à la bonne taille et la zone de texte.

Cela ma permis d’en savoir plus sur le contexte de la donation :

  • Germain MOREUX et Geneviève BERTRAND ont quatre enfants encore en vie, entre lesquels la donation va être faite.
  • Leur maison et les terres ont été réparties en quatre lots qui ont ensuite été tirés au sort.
  • La maison et une partie des terres restent en usufruit, et les enfants paieront chaque 25 décembre une rente de deux cent francs à leurs parents ; celle-ci sera ramenée à cent francs lorsque l’un des deux sera décédé.
Le tirage au sort des lots

Vient ensuite la description de la composition des lots : pour chaque item, une rapide description de ce dont il s’agit (terre, vigne, jardin….), la surface, la localisation… et les jouxtes ! Car même si nous sommes en 1870, le cadastre n’est toujours pas utilisé et la localisation des « immeubles » se fait toujours à l’ancienne en décrivant les limites au levant, au midi, au couchant et au nord.

A la fin de l’acte, se trouvaient quelques précisions sur l’usage de deux parcelles .

2. La liste des immeubles

Lorsque j’ai commencé la transcription de la longue liste des immeubles, je me suis rapidement dit qu’il allait falloir organiser ces informations. Et pourquoi pas essayer de localiser les parcelles ? Après différents essais j’ai utilisé deux outils :

  • Draw.io pour illustrer de manière simple les jouxtes de chaque parcelle.
  • Word pour construire un tableau récapitulatif des informations dont je dispose.

En première colonne un numéro que j’ai attribué, correspondant à l’ordre d’apparition dans la donation. C’est à cet endroit que j’ai choisi d’indiquer si le parcelle est concernée par l’usufruit en rajoutant un petit « u ».

Le type de parcelle / de bâtiment. La localisation : lieu-dit et commune. La surface. Le ou les lots concernés. Une grande zone de description pour donner des éléments complémentaires, l’image qui provient de draw, ainsi que l’écriture des lieu-dits que j’ai du mal à situer.

3. Le travail sur le cadastre

J’ai ensuite consulté et téléchargé les images issues du cadastre pour retrouver les parcelles. En consultant tout d’abord les sections proches du lieu de vie de mes ancêtres, le hameau des Giraults.

L’ultime étape est la localisation « visuelle » de ces lieux sur les cartes des sections. J’ai téléchargé les fonds de carte sur Canva, puis ajouté un cercle et le numéro indiqué dans le tableau avec un code couleur pour différencier habitation / jardin / pré / terre et vigne.

Localisation des parcelles sur le cadastre – Section B1 des Giraults – Sury-en-Vaux – AD18 – 3P 2697/03

Je n’ai malheureusement pas pu retrouver tous les lieu-dits, mais quand même vingt sur les vingt-sept que comptait la donation. Pour quelques-uns je peux imaginer dans quelle section ils se situent grâce à la mention précise d’un chemin.

La finalisation

Et Hérédis dans tout ça ? Mon logiciel de généalogie n’est pas vraiment conçu pour lister des parcelles et les suivre dans le temps ! Pour la donation en elle-même j’ai donc comme habituellement renseigné un évènement dans le logiciel et écrit un résumé des principales informations. Pour la localisation des parcelles, j’ai rajouté dans les médias le fichier pdf du tableau, ainsi que les images des sections du cadastre téléchargées à partir de Canva.

Je vous ai parlé d’outils, mais ce dont j’ai eu le plus besoin pour faire ce travail… c’est de temps ! Je n’ai pas fait le calcul, mais j’y ai sans doute passé plus de 15 heures.

Les archives départementales du Loir-et-Cher

Les archives départementales du Loir-et-Cher

Après l’Inde-et-Loire, le tour de France des archives fait étape dans le Loir-et-Cher.

http://www.culture41.fr/Archives-departementales

Informations pratiques

L’onglet « informations pratiques » porte bien son nom, puisqu’on y trouve tous les éléments pour préparer sa visite aux archives ainsi que les conditions de réutilisation et de reproduction.

Il faut dire que si vous prévoyez une visite, il faudra faire bien attention car les archives sont réparties sur deux sites : Blois et Vineuil. La page « Nous contacter ou venir en salle de lecture » précise quelles archives sont disponibles sur chacun des sites, avec également les jours et horaires d’ouverture.

Archives en ligne

Les documents numérisés et disponibles en ligne sont nombreux sur le signe des archives départementales du 41.

  • Registres paroissiaux et d’état civil. Registres paroissiaux (1501-1791) et registres paroissiaux des temples protestants (1585-1792).
  • Recensements de population.
  • Archives militaires. Registres matricules et fichier alphabétique des anciens combattants des guerres 1914-1918 et 1870-1871.
  • Cadastre et remembrement. Cadastre parcellaire et plans de remembrements.
  • Iconographie. Estampes, cartes postales du XIX et XXème siècle.
  • Cartes et plans. Cartes et plans du XVIIe au XXe siècle (sous-série 1 Fi) et plans du domaine et du château de Menars (XVIIIe siècle).
  • Cahiers de doléances (recherche par paroisse ou nom de commune actuelle).
  • Archives de poilus. Documents personnels et familiaux, entrés aux archives notamment dans le cadre de l’opération nationale « La Grande Collecte ».
  • Annuaire du département. Collection d’annuaires du département (1806-1961).
Un accès cartographique est également possible

Il est possible de se créer un compte sur le site et de sauvegarder des références dans son « classeur ». Je ne l’ai pas vu de suite sur le site mais le site l’a proposé la première fois que j’ai tenté d’ajouter une source ; on put également se connecter depuis la visionneuse.

La visionneuse

On retrouve à gauche de la fenêtre le zoom et la rotation des pages, et en bas un menu déroulant avec les différentes vues. En bas à droite, différentes icônes avec la possibilité d’imprimer la vue. Je n’ai pas trouvé de téléchargement direct, ni la palette pour modifier l’image (contrastes, luminosité…). Il est possible de masquer cette zone de droite.

Vous pouvez retrouver l’ensemble des contributions du tour de France des archives et ressource en ligne en cliquant sur ce lien.

Les archives départementales d’Indre-et-Loire

Les archives départementales d’Indre-et-Loire

Pour sa sixième étape, le Tour de France des archives et ressources généalogiques arrive dans la région Centre. Commençons avec les archives départementales d’Indre-et-Loire.

https://archives.touraine.fr/

Nous arrivons sur la page d’accueil. On retrouve au milieu de la page un accès direct vers les instruments de recherche et l’indexation collaborative. Nous allons explorer le bandeau du haut.

Archives pratiques

  • Présentation. Cette page est utile pour préparer une visite aux archives, avec les indications sur l’adresse et les horaires d’ouverture dans la section « Venir ». Une autre section d’intérêt pour les blogueurs, la page du règlement qui présente notamment les conditions de réutilisation des documents.
  • Services > Recherche par correspondance. Une section où les modalités de recherches à distances sont clairement expliquées ; la recherche est gratuite, c’est la reproduction des documents qui est payante. La prise de vue numérique (les photocopies ne sont possibles qu’en salle de lecture) est facturée 5€ les 10 vues en prise de vue standard, ou 25€ la vue en haute définition (tarifs en juin 2021).
  • Réservations. Une particularité des archives départementales d’Indre-et-Loire est de posséder deux sites : Tours et Chambray-les-Tours. Or, il n’y a qu’une salle de lecture située à Tours. Pour les archives conservées à Chambray, il faut donc faire une demande au moins deux jours auparavant afin de les consulter en salle à Tours. Les archives concernées et les modalités de réservation sont précisées sur cette page.

Les recherches en ligne

Il est possible de faire une recherche en cliquant sur « Chercher en ligne ». On arrive alors sur une page présentant différents formulaires de recherche ainsi que le cadre de classement (toujours utile pour préparer une visite).

Pour les recherches généalogiques il est sans doute plus simple de cliquer sur « registres numérisés », et là attention une vraie mine d’or se trouve sur le site des archives départementales d’Indre-et-Loire !

La visionneuse

Avant de conclure, faisons un petit tour du côté de la visionneuse. Sur le côté gauche on retrouve les icônes pour imprimer ou télécharger le document. Cette visionneuse propose un menu déroulant avec les vues, ce que je trouve très pratique pour naviguer dans les registres !

Au centre la zone d’affichage du document. Et enfin en bas à droite les icônes pour retravailler l’image : zoom, rotation, réglages…

A noter qu’il est possible de se créer un compte sur le site, mais ce n’est pas obligatoire pour consulter les documents.

Vous pouvez retrouver l’ensemble des contributions du tour de France des archives et ressource en ligne en cliquant sur ce lien.

En 1721, le mariage de Jean MATHIVET et Anne JOULLIN

En 1721, le mariage de Jean MATHIVET et Anne JOULLIN

Il y a 300 ans, le 29 avril 1721, Jean MATHIVET et Anne JOULLIN se marièrent en l’église de Ménétréol-sous-Sancerre, village d’origine de l’époux. Peu de membres de leurs familles sont présents ; du côté de l’époux, sa mère Françoise PIOTTE est accompagnée d’Étienne LESAGE et Louis VACHER, oncles par alliance, et de Sylvain MATHIVET, un cousin germain. La mariée n’est accompagnée que d’un cousin germain du côté de sa mère, Pierre RICHARD.

Nos jeunes mariés sont en effet orphelins… Orphelin de père pour l’époux, fils d’Hilaire MATHIVET et de ses deux parents pour l’épouse : Jean JOULLIN et Marie RICHARD. Un clin d’œil cependant, l’église de Ménétréol est l’église Saint-Hilaire, comme le prénom de feu le père de l’époux.

Le curé de Ménétréol est malheureusement avare en détails sur les professions de chacun ; je lis que l’époux était peut-être serviteur.

Acte de mariage de Jean MATHIVET et Anne JOULLIN – Archives du Cher – 3E 0989

Remontons un peu dans le temps pour retrouver plus d’informations sur nos jeunes mariés.

Jean MATHIVET a été baptisé le 27 février 1698 à Ménétréol. Son parrain est « prudent homme » Jean BOUREUX et sa marraine « honneste fille Marie DALIGNY. Les deux savent signer … mais comme sur le reste du registre le curé ne leur demande pas de le faire… En y regardant de plus près, bien qu’elle ne figure pas dans la liste des témoins du mariage, c’est peut-être Marie DALIGNY qui a laissé la seule signature présente sur l’acte de mariage. Les parents de Jean se sont mariés le 10 novembre 1692, son père est décédé en 1709 mais avec toujours aussi peu de détails ! Ces années-là le curé s’est contenté d’une simple liste…

Cette vue aérienne est bien plus récente (on voit en haut à droite le canal qui n’existait pas à l’époque), mais il permet de se rendre compte de la localisation de Ménétréol et de Sancerre.

Nous devons maintenant monter le piton de Sancerre pour en découvrir plus sur Anne JOULLIN. Fort heureusement les curés de Sancerre sont plus bavards ! Anne est baptisée le 28 juillet 1701, trois jours après sa naissance. Son père Jean JOULLAIN est vigneron (notons au passage le changement d’orthographe de leur patronyme) et elle a pour parrain et marraine « honneste » Jean RENOUARD, marchand, et « honneste demoiselle » Anne RENOUARD. Et nous avons cette fois-ci les signatures.

Baptême d’Anne JOULLAIN – Archives du Cher – 3E 1030

J’ai également retrouvé l’acte de mariage de ses parents, qui est détaillé mais où mes capacités en paléographie commencent à atteindre leurs limites… Ils se marient le 26 juin 1688 à Sancerre. Jean est fils de Jean JOULAIN vigneron ; ses père et mère sont décédés. « Honneste » Marie RICHARD est fille d' »honneste personne » Jean RICHARD, tonnelier, et de défunte « honneste femme » Marie ROY. Fait assez rare à l’époque, mon aïeule signe !

Acte de mariage de Jean JOULAIN et Marie RICHARD – archives du Cher – 3E 1029
Les jumeaux ne font pas de vieux os…

Les jumeaux ne font pas de vieux os…

Les généathèmes sont de retour, et nous sommes invités à publier en avril un article sur les grossesses multiples. Bien qu’aucun de mes ancêtres directs n’ait eu de jumeau, j’en ai trouvé quelques-uns dans les fratries.

Étienne et Jeanne BERTRAND

Pour commencer, voici une famille que je connais bien. Simon BERTRAND et Marguerite BRUSSEAU furent vignerons à Sury-en-Vaux (sosas 154 et 155), et ont donné naissance à deux filles qui figurent parmi mes ancêtres. Victoire née en 1797, a épousé Thomas MERLIN (je lui avais consacré un article, une vie assez triste). Sa sœur Geneviève née en 1801 a épousé Germain MOREUX.

Venons-en à nos jumeaux. En 1809, Victoire et Geneviève sont âgées de respectivement onze et huit ans. Le 28 octobre à neuf heures du soir, leur mère met au monde Jeanne … bientôt rejointe par Étienne, né une heure plus tard (mais qui sera déclaré en premier à l’état civil).

Les jumeaux seront de nouveau réunis dans le registre d’état civil de Sury-en-Vaux : le 5 novembre à onze heures du soir Étienne âgé de douze jours décède, suivi une semaine plus tard par Jeanne, décédée le 12 novembre à quatorze heures. J’imagine que cet événement a dû marquer mes deux ancêtres…

Actes de décès d’Étienne et Jeanne BERTRAND – Archives du Cher – 3E 2062

Étienne Désiré et Paulin Patient REVERDY

Nous changeons de branche, pour retrouver la famille de mon aïeule Rosalie REVERDY, née en 1843, épouse de Louis Ferdinand MOINDROT et qui fut couturière. Elle est la fille de Jean REVERDY, vigneron et laboureur, et Marguerite DEZAT, manœuvre et vigneronne.

Alors que Rosalie est âgé de 5 ans, sa mère met au monde des jumeaux ; le 22 novembre 1848 à quatorze heures naissent Paulin Patient et Étienne Désiré.

Paulin Patient meurt le 31 janvier 1849 à six heures, au hameau de Tréprot à l’âge de deux mois.

Son frère Étienne Désiré survivra ; Louis Ferdinand MOINDROT, époux de Rosalie, sera même témoin lors du mariage d’Étienne Désiré avec Marie Clémentine GAUCHER. Les deux époux nous aurons même laissé leur signature !

Acte de mariage d’Étienne Désiré REVERDY et Marie Clémentine GAUCHER – Archives du Cher – 3E 4758
Il y a deux cents ans, le mariage de Pierre LEGER et Anne AGOGUÉ

Il y a deux cents ans, le mariage de Pierre LEGER et Anne AGOGUÉ

Le 4 mars 1821 en la commune de Barlieu eut lieu le mariage entre Pierre LEGER et Anne AGOGUÉ.

L’époux est tisserand, demeurant aux Mées en la commune de Barlieu. Il est fils de Jacques LEGER, tisserand, et Anne PASTOUT. Son grand-père, également prénommé Jacques LEGER était lui-même tisserand.

L’épouse est Anne AGOGUÉ, fille de François AGOGUÉ, laboureur et de défunte Anne PINON. Si Anne est née à Barlieu, au lieu-dit des Fléchées, elle vit au moment du mariage à la Maison Rouge à Dampierre-en-Crot, tout comme son père.

L’officier d’état-civil est méticuleux, et liste tous les actes en sa possession y compris trois actes notariés … mais dont il ne détaille pas le contenu. Voilà une nouvelle recherche à faire aux archives !

Fait assez rare pour l’époque : l’époux et son père signent.

Source : Actes de mariages de Barlieu, 1802-1822, archives du Cher, 3E 1958.