M comme mendiant

M comme mendiant

J’ai déjà parlé d’une ancêtre dont la profession était mendiante : Jeanne CHAMPION, qui a mis au monde Jacques CHAMPION, né de père inconnu. L’article est ici.

Et bien j’en ai découvert un autre plus récemment. Il s’agit de Charles VIMON, indiqué comme mendiant sur son acte de décès. Et pourtant : lors de son mariage et de la naissance de ses enfants il est vigneron. En 1780 lors du décès de sa femme, il est toujours vigneron à Bué. Son acte de décès date de 1783, soit 3 ans plus tard, où il est désigné comme mendiant … et à Pierrefitte-ès-bois, à plus de 30  kilomètres.
Lors des actes concernant ses enfants postérieurs à son décès, Charles VIMON est toujours considéré comme vigneron.

Bref, un petit mystère.

4 réactions au sujet de « M comme mendiant »

  1. Moi aussi j’ai un mendiant parmi mes ancêtres, mort dans une grange loin de chez lui. On peut imaginer que le terme « mendiant » étant plus un état qu’une profession, on a préféré mentionner cette dernière sur les actes postérieurs à son décès. C’est plus valorisant d’avoir un père vigneron que mendiant ;-). A bientôt.

  2. Je me demande si, à une époque où la retraite n’existait pas, on ne qualifiait pas de mendiant une personne qui n’avait plus d’activité professionnelle reconnue et vivait de la charité de ses proches ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.