D… Dernier mariage avec Marie CANDRET

D… Dernier mariage avec Marie CANDRET

Près de trois saisons ont passé depuis le décès de sa deuxième femme. Nous retrouvons Jean le 20 mai 1838 chez Maître COURSIER à Herry. Il est accompagné de François BEAUNEZ, son frère venu spécialement du hameau de Beaunez (oui, oui ça ne s’invente pas) à Préporché dans le Morvan. Ses deux gendres l’accompagnent également : Jean DUBOIS qui a épousé (Je)Anne et Étienne SAUTEREAU qui a épousé Françoise.

La future mariée Marie CANDRET, car oui il est de nouveau question de mariage, est accompagnée de son père Charles et de son beau-frère François DUSSAULT, un collatéral ile me semble de la seconde femme de Jean BEAUNEZ. Marie vit alors chez son père à la Sarrée, un hameau proche du Chêne (ou Enchesne selon les époques).

Une chose doit sauter aux yeux de tous ceux qui sont réunis : l’écart d’âge ! Jean est alors âgé de 49 ans, et Marie de 19 ans seulement. Mon aïeule, car je descend de ce couple, est de trente ans sa cadette.

Jean apporte à la communauté ses biens mobiliers dont l’estimation n’est pas encore réalisée, car la liquidation de la communauté n’a pas encore eu lieu.

Marie apporte quatre draps (24 francs), un buffet en bois (28 francs) et la somme de 39 francs qui lui est due… par Jean BEAUNEZ lui-même car Marie est alors domestique chez lui ! Ce qui nous fait un total de 91 francs, soit 300 francs de moins que la précédente femme de Jean. Ce dernier apporte enfin des terres pour 2 650 francs.

La dot de la mariée m’ayant appris que mon aïeule fut domestique de son futur époux !

Deux jours plus tard, le 22 mai à neuf heures du matin, le mariage est célébré. Nous apprenons que François, frère de Jean, est présent pour le mariage et a donc dû rester après la signature du contrat. Le père de Marie est tailleur d’habits, ce qui n’avait pas été précisé précédemment. Du côté de la mariée, les témoins sont deux beau-frères : François DUSSAULT, journalier à la Sarrée, et Hilaire Frédéric CRETE, maréchal au même hameau.

Le bal des naissances reprend à nouveau :

  • 1840 : François
  • 1841 : Rosalie (que nous découvrons enfin)
  • 1844 : Catherine
  • 1846 : Constance (+ 1856)
  • 1849 : Marie « Louise »
  • 1852 : Théodore

Théodore sera le dernier enfant de Jean, alors âgé de 63 ans  ; 42 ans séparent Françoise BEAUNEZ, fille aînée de Jean, de son demi-frère Théodore. Il aurait presque pu être son petit fils.

Lors du recensement de 1856, leur foyer est composé de : Marie (36 ans), Jean qui est dorénavant désigné comme propriétaire (70 ans), leurs enfants Rosalie (15 ans), Catherine (12 ans), Louise (7 ans), Théodore (4 ans), ainsi que Jacques (33 ans) issu du premier mariage de Jean.

La famille BEAUNEZ-CANDRET lors du recensement de 1856.

Le 8 décembre 1858, Jean se retrouve veuf une troisième fois ; son plus jeune enfant est âgé de 6 ans. Marie est décédée au Chêne d’Herry à l’âge de 39 ans. Une vraie malédiction pour les femmes de Jean, dont deux sont décédées à 39 ans et 42 ans pour sa seconde épouse.

Les déclarants de ce décès sont Cyprien BEAUNEZ, beau-fils de Marie (son cadet de quatre ans seulement), ainsi que François DUSSAULT son beau-frère.

Actes de naissance - Herry - AD18 : 1823-1842 3E 227 ; 1843-1852 3E 2279.
Acte de mariage - Herry - AD18 : 1823-18422 3E 2277.
Actes de décès - Herry - AD18 : 1843-1852 3E 2279 ; 1853-1862 3E 3706.
Recensement - Herry - AD18 : 1856 27J 0082.
Minutes de Jean-Baptiste COURSIER - Étude d'Herry - AD18 : contrat de mariage, 1838 E/23722

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.