Mauvais garçons

Alors que mon activité généalogique s’est réduite comme peau de chagrin ces derniers temps, une information en provenance de la Nièvre a retenu mon attention : « après celles concernant la première guerre mondiale, les fiches matricules de 1859 à 1886 ont été mises en ligne ».

Si mes ancêtres ne sont pas originaires de la Nièvre, ils dépendaient le plus souvent du bureau de recrutement de Cosne-sur-Loire. Me voici donc lancée dans la recherche de mes ancêtres nés entre 1839 et 1866 dans l’espoir de trouver quelques nouvelles informations sur mes ancêtres.

J’en arrive à Frédéric GUENEAU, mon sosa 24, dont je savais déjà qu’il était maçon. Je découvre sa description : un homme de 1,64m, cheveux noirs, yeux gris bleu, visage ordinaire.

Il est appelé à activité le 10 novembre 1880 pour le 4ème régiment du Génie où il deviendra 1er canonnier conducteur. Un certificat de bonne conduite lui sera accordé. Jusque là, rien de très extraordinaire.  Mais que vois-je au pied de page ?

« Condamné le 13 novembre 1902 par le tribunal de Sancerre à 16 francs d’amende (sursis à l’exécution) pour coups et blessures. »

gf

Archives départementales de la Nièvre – 1R 69

Moi qui cherchait un élément peu commun, me voilà servie !

Je ne m’arrête pas là, voulant retrouver la trace de ses frères. J’avais noté la naissance de René GUENEAU en 1862. Je pars donc à sa recherche. Je découvre qu’il est maçon comme son frère. Il est dispensé de service militaire car Frédéric est déjà au service. Il a ensuite quitté le Berry et fera parler de lui dans le département de la Seine.

Il est tour à tour condamné :

  • Le 24 août 1885 par le tribunal correctionnel de la Seine à 15 jours de prison pour coups et blessures et outrages à agents.
  • Le 9 février 1877 (plutôt 1887 ?) à un mois de prison pour vol.
  • Le 29 février 1888 par le tribunal de Gien à 15 jours de prison pour vagabondage.
  • Le 3 avril 1890 à 3 mois de prison pour vol par le tribunal correctionnel de la Seine.

Il est à peine sorti de prison qu’il refait parler de lui en ne répondant pas à la convocation pour la première période d’activité de réserviste en août 1890.

Et bien, voilà quelques nouveaux actes à rechercher !

3 pensées sur “Mauvais garçons”

  1. Voilà qui donne un peu de piment à votre généalogie! Du côté de mon père irlandais, je ne suis pas en reste, avec un arrière grand-père dont on dit qu’il a fini soit au fond d’une geôle américaine, soit assassiné par la pègre hiberno-américaine… dont il a peut-être fait partie! C’était vers 1895.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *