Un charron

Une fois n’est pas coutume, les ancêtres dont je vais vous parler aujourd’hui ne sont ni cultivateurs, ni vignerons, ni journaliers.

Louis Augustin RAIMBAULT est l’un des rare artisan de mon arbre, puisque toute sa vie il exercera la profession de charron. En 1872, il vit dans le bourg de Ménetou-Râtel avec sa femme, ils sont tous les deux âgés de 37 ans, mon aïeule Marie Louise âgée de 9 ans et Eugénie Henriette âgée de 5 ans.

Ici le bourg de Ménetou-Râtel. Au loin on aperçoit une charrette, peut-être que l’un de mes ancêtres s’est occupé de ses roues ?

Ils auront en tout 7 enfants, mais peu atteindrons l’âge adulte. Des 3 garçons, seul le dernier, Narcisse Augustin, qui ne naîtra qu’en 1878 survivra à la petite enfance et deviendra charron à son tour.

Mon aïeule Marie Louise ne vivra d’ailleurs que 41 ans ; elle épousera Frédéric GUENEAU en 1885, qui vit également sur la commune de Ménetou-Râtel.

Louis Augustin Raimbault, charron

Les vacances sont enfin l’occasion de me replonger dans l’étude de ma généalogie.
Au programme : une nouvelle branche, ce qui est déjà un évènement en soi et qui plus est m’a permis de rencontrer un nouveau métier.

Un ancêtre, un métier : celui de charron

Encyclopédie méthodique. Arts et métiers mécaniques. Tome 1 / , [par Jacques Lacombe]
Encyclopédie méthodique. Arts et métiers mécaniques. Tome 1 / , [par Jacques Lacombe]
Source: gallica.bnf.fr

En effet, Louis Augustin RAIMBAULT (Sosa 50) était charron. Ce métier est celui de la fabrication des roues, de la brouette à la charrette. Activité au combien nécessaire dans chaque village !
Ce qui m’a tout d’abord étonnée, c’est que Louis Augustin ne tient pas cette activité de son père, « simple » cultivateur. Pas de trace non plus de ce métier chez ses oncles ou grand-pères.
D’après les différentes sources, cette profession sera la sienne durant toute sa vie, et toutes les saisons. Un de ses fils, Narcisse RAIMBAULT deviendra charron à son tour.

Quelques éléments de la vie de Louis Augustin RAIMBAULT

Il est né le 10 mars 1835 à Menetou-Râtel d’André RAIMBAULT, manœuvre et cultivateur originaire de La Chapelle d’Angillon et Lucie COLLEAU. Il se marie le 18 juin 1860 à Ménetou-Râtel avec Marguerite BEAUCHARD âgée comme lui de 25 ans. J’ai trouvé trace de quatre enfants de ce couple :

  • Marie Louise, mon aïeulle, née en 1862
  • Louis Augsutin né en 1864 et décédé à 1 an
  • Henri Augustin né en 1870 et décédé cette même année
  • Narcisse, né vers 1879

Il sera le témoin des mariages de ses frères et sœurs

  • Jeanne Clémence Sidonie Françoise, la cadette, mariée le 21 juillet 1857 à Joseph Jean Baptiste GODON, charron originaire de Jars. On retrouve ici le métier de charron,une piste à creuser.
  • Catherine, de 2 ans son ainée, mariée le 25 novembre 1857 à Ménetou-Râtel à Antoine GODON, domestique originaire de Jars. Elle se mariera donc quatre mois après sa sœur, avec son beau-frère.
  • André, son aîné de 5 ans, marié le 22 novembre 1858 à Ménetou-Râtel avec Cécile GODON, domestique originaire de Subligny. Encore une Godon, mais qui n’est pas la sœur des précédents.