J comme … jardiniers à Saint-Bouize

J comme … jardiniers à Saint-Bouize

Nous changeons une nouvelle fois de lieu et retournons à l’est du Sancerrois, à Saint-Bouize. De nouveau, c’est un métier qui me guide pour la rédaction de cet article ; au départ un simple ancêtre jardinier pour lequel je n’avais ni date ni parents, et au final…

Le point de départ de cet article est Guillaume PLAIN. De lui, je ne savais que peu de choses avant d’écrire cet article :  père d’Henriette qu’il a eut avec Geneviève BRANGIER, il exerçait la profession de jardinier. Je n’étais pas remontée plus loin.

Un petit tour sur Geneanet (et quelques vérifications plus tard) … et voici que je remonte une lignée de jardiniers !

En effet, Guillaume PLAIN  (ou PLIN) est fils de René PLIN, jardinier, et Marie Anne DEBRADE. Son grand-père Jacques PLAIN était lui-même jardinier ; en fait cet ancêtre, à partir duquel je n’ai pas pu remonter eut au moins trois fils jardiniers, et le frère de Guillaume, René Charles exerça également ce métier.

Mais où pouvaient-ils donc être jardiniers ?

Mon hypothèse, présentée rapidement dans cet article, était que mes ancêtres exerçaient leur activité au château de La Grange (actuellement Lagrange-Montalivet) situé à Saint-Bouize, tout simplement car j’étais passée plusieurs fois devant étant petite.

Mais devant le nombre de mes ancêtres jardiniers, je me mets à douter. Il me semble que cela ferait beaucoup de travailleurs pour un château de taille modeste. Je ne trouve pas de piste dans l’Etat-Civil, que ce soit pour mes ancêtres ou leurs descendants. Je pensais donc conclure ici, en me disant que je pourrais peut-être trouver un jour et quelque part un contrat d’apprentissage  qui me permettrait d’avancer.

chateau larange

Jardins du château de La Grange

Mais je n’avais pas exploité toutes les ressources disponible, et un nouvel indice va venir d’une femme. Car après avoir remonté la lignée PLAIN, je me suis intéressée à la mère de Guillaume, Marie Anne DEBRADE. Celle-ci est fille de Jean DEBRADE meunier … aux moulins de La Grange, situé en contrebas du château de Lagrange. Il n’en faut pas plus pour me conforter dans cette hypothèse !

bandeau challengeaz copie

6 réactions au sujet de « J comme … jardiniers à Saint-Bouize »

  1. Bonjour Elodie. Merci pour cet article très intéressant.
    J’ai également retrouvé une grande lignée de jardiniers parmi les ancêtres de mon conjoint. Ceux-ci travaillaient à Toul (54), dans des vergers et des jardins potagers : leur métier ne correspondait alors pas tout à fait à la vision actuelle que l’on en a.
    Peut-être que des plans d’époque de Saint Bouize ou le cadastre pourraient t’aider à trouver s’il existait des jardins ou des vergers en dehors du château.
    J’ai par ailleurs trouvé le lien suivant sur Gallica : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5853967h/f452.image.r=%22saint%20bouize%22.langFR
    C’est peut-être une piste ?
    Elise

    1. Merci Elise ! Je n’ai aucune excuse car j’ai lu ce document et je n’ai pas fait le rapprochement entre jardin et jardinier…
      Une grosse piste à creuser, donc.

  2. Si vous consultez le cadastre napoléonien de St-Bouize (disponible sur le site des Archives Départementales), vous verrez qu’au bord de la Vauvise, en amont du Moulin de la Grange, se situait une demeure appelée Le Trianon. Son accès se faisait par un chemin partant à peu près en face de l’entrée du château. Il n’en reste aujourd’hui plus trace, mais peut-être était-ce là une résidence d’agrément qui pouvait avoir un jardinier à demeure?

    1. Une nouvelle piste, mes commentateurs me donnent du travail ! J’espère trouver un contrat d’apprentissage, voire de travail qui me permettrait de déterminer où ils travaillaient.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.