B comme … BEDU Jean Baptiste, cabaretier

B comme … BEDU Jean Baptiste, cabaretier

Aujourd’hui, nous changeons d’arbre pour rejoindre celui de mon mari ; nous nous déplaçons de quelques dizaines de kilomètres pour nous rendre à Morogues, toujours dans le Berry,  au sud-ouest de Sancerre.

C’est dans ce village que nous retrouvons Jean-Baptiste BEDU, né le 26 brumaire de l’an VIII, de Silvain BEDU et Solange CLOUSSON.

L’arbre de mon mari comporte de nombreux métiers originaux, et Jean-Baptiste ainsi que son père ne dérogent pas à la règle : ils sont tous deux cabaretiers !

Le cabaretier vendait du vin accompagné d’un repas ; un établissement d’un niveau en-dessous de l’auberge. Bien que Morogues ne soit pas une grande ville, elle comprenait plusieurs cabaretiers.

Glissons-nous maintenant dans le cabaret de Jean-Baptiste…

Ce devait sans doute être une toute petite pièce (cabaret a la même origine que le mot chambre), avec des barriques ou bouteilles de vin entassées au fond, un bar et quelques tables. Ici pas de jolie nappe ou de belle vaisselle.  C’est un lieu où l’on vient pour l’ivresse, et qui devait s’animer les jours de marché et de foire. Il est probable que Jean-Baptiste possédait lui-même quelques ares de vignes et produisait son vin. Cette activité de cabaretier servait alors à vendre tout ou partie de sa récolte.

Morogues place chps foire

Place du champs de foire à Morogues – peut-être est-ce un cabaret, au fond de la place ?     Un endroit stratégique pour faire de bonnes affaires les jours de Foire.

La profession de Jean Baptiste n’a pas toujours été cabaretier. Si c’est bien ce métier qui est indiqué pour son mariage, sur divers actes entre 1834 et 1836, il est aubergiste. Sur un acte il est même vigneron, ce qui semble confirmer qu’il vendait le vin sa production.  A la fin de sa vie,  il est propriétaire puis rentier.

Professions bedu

Professions de Jean-Baptiste BEDU indiquées dans les archives

Si mon article se termine ici, je n’ai pas fini de vous conter la vie de Jean-Baptiste BEDU, car il n’était pas que cabaretier… rendez-vous à la lettre I.

bandeau challengeaz copie

12 réactions au sujet de « B comme … BEDU Jean Baptiste, cabaretier »

  1. Ivresse, Foire, je sens que nous avons des thèmes en commun cette année, et il faudrait bien aussi que je cherche quelle tête pouvait avoir les cabarets ou auberges de mes aïeux, Apparemment ils convolaient encore plus en cercle que les autres. La fille d’un aubergiste (du moins les aînées) épouse un aubergiste, un cabaretier ou du moins un maréchal ferrant

  2. J’ai decouvert ce metier grace a un geneatheme de Sophie j’avais choisi ce metier 🙂
    J’adore ta frise sur les metiers c’est une tres bonne idee

    1. Je me souviens des illustrations ;-). Je trouve la frise intéressante lorsqu’il y a de nombreuses sources et une succession de métiers.

  3. Des débits de boisson, il y en avait beaucoup dans les villages, et ce jusque dans les années 1970. Au point qu’on pouvait se demander de quoi vivaient leurs tenanciers! Peut-être les consommateurs y dépensaient-ils le peu d’argent qui aurait pu être mieux utilisé au bénéfice de leurs petites familles…

    1. Dans le cas de cet ancêtre, il devait certainement vendre du vin d’une autre manière.
      Je pense aussi que la consommation devait être bien plus importante qu’aujourd’hui !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.