N comme Numéro

N comme Numéro

Au début de sa généaologie, on travaille avec nos proches. Ils sont encore en vie, ou bien on les a connu. On regarde avec nostalgie des photos, on se remémore des souvenirs. Et puis on remonte dans son arbre, et très vite on rencontre des inconnus. Nos parents peuvent encore nous en parler, nous montrer quelques photos.

Et puis plus rien. Plus rien qu’un numéro, un code, un nom et un prénom. Au mieux une profession.

Alors mon travail c’est de fouiller plus loin que ces numéros pour redonner à mes ancêtres un semblant d’humanité…

Une réaction au sujet de « N comme Numéro »

  1. Je suis bien d’accord. Les registres paroissiaux ne sont qu’un départ pour donner une identité à ces numéros. Après, quelle bonheur de pouvoir retracer quelques moments de leur vie grâce à tous les autres documents comme les archives notariales, judiciaires, militaires…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.