H … comme HABERT, lignée de bouchers protestants à Sancerre

H … comme HABERT, lignée de bouchers protestants à Sancerre

Comme je l’ai évoqué dans l’un des tous premiers articles de mon blog (1), j’ai découvert non sans intérêt une branche protestante dans mon arbre. J’ai pu remonter assez loin dans le temps grâce à un travail de dépouillement des actes protestants sur le site huguenots (2), la plupart des actes sont maintenant disponibles sur le site des archives du Cher.
Je  m’intéresse aujourd’hui à la vie de Louis HABERT, aïeul à partir duquel je n’ai malheureusement pas pu remonter dans mon arbre. Malgré le fait qu’il soit né au début du XVIIème siècle, je possède de nombreuses informations sur lui.
Ainsi, il était boucher à Sancerre (ou dans ses environs, j’en reparlerai plus tard) et avait trois frères. Il s’est marié deux fois : avec Marguerite GAUCHIER, mon aïeule, puis avec Esther VILOTTE. Il aura huit enfants de ces unions.
De l’aîné de ses enfants, André né en 1638 je n’ai que peu d’informations et pas de date de mariage. Je suppose qu’il n’a pas atteint l’âge adulte. Viennent ensuite Louis né en 1639, qui deviendra boucher et Marguerite, née en 1639. Elle épousera en 1667 un boulanger de Sancerre, Étienne LECLERC. De nouveau un enfant dont je perds la trace, Daniel né en 1644.
Et enfin une paire de jumeaux, Pierre qui deviendra drapier et Jean, boucher.
Une famille … de bouchers
Comme pour beaucoup de mes ancêtres, je ne m’étais pas tellement intéressée aux collatéraux, frères et sœurs notamment. C’est pourtant une source d’information et de découvertes !
Ainsi, deux des frères de Louis, Julien et Étienne, sont bouchers comme lui. Le quatrième homme de la fratrie, Jean est bourrelier. Pour ceux qui n’auraient jamais rencontré ce métier, le bourrelier travaillait la bourre (poils) et le cuir. Finalement une activité complémentaire de ses frères.
Pour la petite histoire, Louis et Étienne ont épousé en secondes noces Esther et Anne VILOTTE. Peut-être de la même famille ?
Je me suis également intéressée aux nièces et neveux de Louis, et notamment à leurs professions.
Les enfants de Julien, Paul et Etienne sont bouchers et Julien marchand boucher. Ses filles Anne, Suzanne et Catherine sont mariées respectivement à un chapelier, un drapier et un boulanger (un LECLERC, comme Marguerite la fille de Louis).
Etienne aura deux enfants, Etienne boucher comme lui et Madeleine qui épousera un drapier.
Et enfin Jean, notre bourrelier aura deux enfants également : Jean qui deviendra bourrelier et Suzanne qui épousera un cordonnier.
De notre mystérieux ancêtre commun, en deux générations nous compterons donc neuf bouchers et deux bourreliers ! Je ne sais pas s’ils travaillaient tous ensemble ou bien avaient ouvert une multitude de commerces à Sancerre. Il devait y avoir de quoi perdre son latin, ce qui peut expliquer que j’ai retrouvé un surnom pour deux cousins portant le prénom d’Étienne : La Tranche et la Mouche. Autant je vois bien le rapport entre le métier de boucher et la tranche, je comprends moins le surnom de mouche.
temple
Du côté des mariages
Tout d’abord une remarque : il y avait dans toutes les communes une église et un curé, et donc des registres paroissiaux. Mais pour les protestants, peu de temples ! Les baptêmes étaient donc réalisés à Sancerre, mais les enfants pouvaient être nés ailleurs. Ainsi, je sais que les enfants que Louis a eut en secondes noces sont né à Saint-Thibault, village en contrebas de Sancerre, juste à côté de la Loire.
Le mariage de la fille et des nièces de Louis peuvent aussi nous en apprendre un peu plus. Ainsi, elles se sont toutes mariées avec des artisans. A la génération suivante, l’une d’entre elle se mariera avec un marchand originaire de la Charité sur Loire.
Cela m’a un peu étonnée, car la ville est assez éloignée et dans le département voisin de la Nièvre. Mais c’est finalement assez logique, la Charité étant également une ville protestante.
Et enfin une autre remarque : les protestants étaient visiblement moins regardants au niveau des mariages entre cousins que j’ai retrouvés aux générations suivantes.
Au final cette lignée de bouchers ne se retrouvent pas dans ma ligne directe : Pierre, le fils de Louis était drapier et son fils, Pierre sera cordier.
bandeau challengeaz copie

 

(2) http://huguenots.free.fr/france/loire/sancerre/pag1.htm#34

3 réactions au sujet de « H … comme HABERT, lignée de bouchers protestants à Sancerre »

  1. Je retrouve chez moi des Protestants sancerrois avec les Dargent, au XVIIème siècle. Faut-il rapprocher cette famille Habert avec Camille Habert (1881-1961), qui fut le dernier habitant de la Tour de Vesvre?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.