K … 200 kilomètres pour se marier

K … 200 kilomètres pour se marier

Lire le début ici.

Après avoir parlé de mes ancêtres poilus, mon cerveau commence à bouillonner. Avoir mes ancêtres sous la main : voilà qui devrait m’aider à élucider quelques mystères.

Moi : Est-ce que Henri CHAMPAULT est ici ?

Un homme s’avance, visage allongé, cheveux châtains et yeux gris-bleus.

Henri : oui ?

Moi, joyeuse : Ah vous allez pouvoir résoudre une énigme vous concernant !

Henri, surpris : Vraiment ?

Moi : Mais oui, votre mariage ?

Henri : Et bien quoi, mon mariage ?

Moi : Faire plus de 200 kilomètres pour se marier ce n’est pas banal ! Vous vous êtes mariés au Coteau dans la Loire alors que vous étions tous deux originaires du Sancerrois. Et vous en avez profité pour légitimer un enfant né hors mariage.

Henri, évasif : peut-être…

K1.

Moi : Surtout que je ne vous retrouve pas dans les recensements du Coteau en 1906 ni à Jars où vous avez pourtant eu une fille cette même année ! Et ensuite vous êtes partis à la Chapelotte, puis à Neuilly ?

Henri : Désolé je ne me rappelle plus bien. Il doit bien y avoir une trace quelque part.

Moi, déçue : Bon, tant pis.

Henri : Mais il me reste un petit-fils encore en vie, et il ne vit pas très loin de chez tes parents. Peut-être saurait-il quelque chose ?

Je hoche la tête tandis qu’il s’éloigne, ça aurait été trop facile qu’il me donne la réponse !

A suivre

2 réactions au sujet de « K … 200 kilomètres pour se marier »

  1. Moi, captivée : J’adore les didascalies dans ce petit théâtre où tu donnes la parole à tes ancêtres.
    K comme kilomètres est une bonne idée pour cette lettre du #ChallengeAZ .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.