B … Branche morvandelle

Le début de l’aventure est à lire ici

– Moi (après un petit instant de silence) : mais enfin j’ai déjà parlé d’histoires qui sortent de l’ordinaire comme des ancêtres voyageurs. Par exemple l’histoire de Jean BEAUNEZ. Peut-être est-il présent parmi vous ?

En effet il s’avance.

– Jean : C’est vrai que tu as parlé de moi, mais en cent mots seulement tu ne pouvais pas dire grand chose !

– Moi : Et je me suis toujours demandé pourquoi vous aviez quitté le Morvan, et comment vous êtes arrivé à Herry. J’ai imaginé que vous étiez parti avec votre oncle Gaspard MILLIARI trouver du travail durant l’exode rural.

– Jean (en faisant non de la tête) : ce n’est pas tout à fait exact, l’exode rural depuis le Morvan est plus tardif, vers le milieu du XIXème siècle. Alors que je me suis marié en 1785 dans le Berry et que je suis décédé en 1860.

– Gaspard : Et moi je suis parti bien avant cela, regarde un peu du côté de Saint-Bouize.

Je me connecte au site des archives du Cher. En effet, je trouve le baptême d’une certaine Angélique MECHAIN en 1776 et Gaspard MILLIARI est parrain, alors domestique dans la commune de Saint-Bouize, proche de Herry.

B

– Gaspard ajoute : et un peu plus tard tu me retrouveras à Herry. J’y finirai ma vie au hameau du Chêne comme mon neveu Jean. C’est un peu ma seule famille, on ne me connait pas de femme et sur mon acte de décès personne n’a été capable de donner l’identité de mes parents ni même ma commune de naissance !

– Moi : Mais racontez-moi, c’était comment Préporché ?

– Jean : Et bien j’y suis né le 19 février 1789 à Monterdon plus exactement. Mon père Jean BEAUNES y était laboureur (l’écriture de ce nom a subit beaucoup de changements), et ma mère était Jeanne MILLIARI.

– Moi : Jean, Jeanne… Ils n’avaient pas beaucoup d’originalité dans le choix des prénoms !

– Jean : Et encore, mon oncle et parrain s’appelait Jean BEAUNES également. Et deux de mes frères se nomment François.

– Moi : … Trois fois le même patronyme dans l’acte de baptême, je crois bien que je tiens un record !

– Jean, fier : Et côté records ce n’est pas fini ! J’ai épousé trois femmes et eut 16 enfants !

Jean

– Moi : Oui j’ai remarqué. Un an et demi après la mort de votre première femme Catherine, vous passiez de nouveau devant le maire. Et votre dernière épouse, mon aïeule, était âgée de 19 ans lors de son mariage et vous 49 !

– Jean : Et la première règle du généalogiste alors ? On ne juge pas ses ancêtres !

– Moi : C’est vrai… Bon si on parlait plutôt du Morvan. J’aimerai bien connaître les villages où mes ancêtres morvandiaux ont vécu !

– Jean : Comme je l’ai dit je suis parti assez jeune, alors pour en parler il faut demander à ma mère.

La suite demain

11 réflexions au sujet de « B … Branche morvandelle »

  1. Une présentation originale et vivante! Guillaume de Fontenay a fait encore mieux que Jean Beaunez: il a eu 16 enfants… avec la même épouse durant le dernier quart du 15ème siècle!

      1. Elle a tout de même vécu 69 ans, ce qui était déjà plus que correct pour l’époque. On peut en conclure qu’elle avait « du bon sang dans les veines »!

  2. J’aime vraiment cette presentation « inter-active » de votre genealogie. Ces conversations sont vivantes et agreables a lire. Un exemple a suivre. Annick H.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.