Archives de catégorie : Mes ancêtres

Jean-Louis CHAMPAULT né le 28 février 1818

Jean-Louis CHAMPAULT est l’un de mes quelques ancêtres nés de père inconnu. Ce qui ne m’a pas empêché, par recoupements, de remonter sa lignée maternelle grâce à ses oncles témoins à sa naissance et/ou son mariage.

Je n’ai par contre que peu d’informations sur Catherine CHAMPAULT, sa mère, qui décèdera en 1830 ; domestique et célibataire.

L’une de mes énigmes, en-dehors de l’identité de son père, est de savoir pourquoi sa mère a accouché dans un autre département, à plus de 20 km de chez elle ? Pas de recensements à l’époque, je n’aurai sans doutes jamais la réponse…

Le 26 février 1718, décès de Simon DROUET

Il y a 300 ans décédait Simon DROUET, mon aïeul à la 11ème génération. Je n’ai que peu d’informations sur lui, car nous arrivons dans la période où les indices se font plus minces dans les archives. Je ne connais pas quelle fut sa profession.

Et pour corser le tout, son patronyme a été orthographié de bien des manières : DROUET, DEROUET et même ENDROUET.

Il nait en 1678 de Toussaint DROUET et Jeanne AGOGUE. Il est âgé de 25 ans lorsqu’il épouse Catherine RIFFET, du même âge, à Jars.

Un an et un jour plus tard, le 18 février 1704, nait Jeanne DROUET. L’accouchement et les suites de couches durent être difficiles car Catherine RIFFET décède deux semaines après la naissance.

Huit mois plus tard, Simon épouse Jeanne LECOURT, mon aïeule âgée de 4 ans de plus que lui. De cette nouvelle union naitrons au moins 7 enfants. La petite dernière, Catherine, est morte en début d’année 1718 à l’âge de 16 mois avant que ce ne soit le tour de Simon.

Une famille dont nous reparlerons au cours de l’année pour un autre évènement !

Le 14 février 1818 est né Jean-Baptiste MERLIN

Le 14 février 1818 est né Jean-Baptiste MERLIN dans la commune de Jars (Cher). Son père, Thomas MERLIN, est mon ancêtre à la huitième génération (sosa 182) et sa mère se nomme Scholastique RAFESTIN. Cette dernière est la première femme de Thomas, dont le mariage a eu lieu le 25 novembre 1817, soit moins de trois mois avant la naissance de Jean-Baptiste… (un grand prématuré donc).

Jean Baptiste connaîtra peu ses parents. Sa mère Scholastique décèdera alors qu’il est âgé de un an. Son père se remarie deux ans plus tard avec Victoire BERTRAND. De cette seconde union naîtrons Victoire Pélagie MERLIN en 1822 (qui vivra 20 mois) et Jacques Patient (qui vivra deux mois). Le 18 décembre 1825, alors que Jean Baptiste a 6 ans, son père Thomas décède … tandis que sa belle-mère Victoire est enceinte de seulement quelques semaines. Elle mettra au monde Geneviève, mon aïeule, qui vivra dans son village natal de Thou, tandis que Jean Baptiste retournera vers Jars.

Cette branche avait déjà fait l’objet d’un article ici.

C’était le 3 février 1818, le décès de Madeleine LINARD

Il y a tout juste 200 ans, à 7h du matin, décédait Madeleine LINARD âgée de 55 ans. Cette dernière est mon aïeule à la 9ème génération. J’en parlais il y a une semaine tout juste, car elle était présente au mariage de sa fille Félicité.

Ce sont Jean LINARD, cultivateur âgé de 24 ans et Henri GIRARD manœuvre âgé de 40 ans qui déclareront le décès le lendemain. Ils habitent, comme feue Madeleine, aux Petites Vallées à Feux. Ce qui m’amène à me poser deux questions.

  • Qui est Jean LINARD ?

Je pensais intuitivement que Jean LINARD était le  fils de Madeleine LINARD, celle-ci ayant épousé un homonyme Jean LINARD, manoeuvre, en 1784. Mais je ne le retrouve pas dans les enfants du couple, tout du moins dans les relevés en ligne. Une autre piste serait qu’il fut son neveu. Mais là encore, je ne trouve pas dans les relevés en ligne de Jean LINARD qui soit le fils de son frère François, ou de son double beau-frère Pierre : chose amusante, ce Pierre LINARD, frère de son mari a épousé sa sœur Marie LINARD ; d’où le double beau-frère.

  • Où se trouvent les Petites Vallées ?

Comme à chaque fois que je trouve la localisation de l’un de mes ancêtres, je recherche le lieu sur une carte. Sauf que les Petites Vallées n’apparaissent pas sur les cartes actuelles.

Dans les actes de naissance de ses enfants, le lieu est parfois indiqué comme les Petites Vallées de Gallantin. Et sur l’acte de décès de son mari, le lieu est indiqué les Vallées. Et cette fois-ci je retrouve bien un hameau « les Vallées » à proximité d’un « pont Galantin ». C’est sans doute là qu’ils vivaient !

Les Vallées, complètement à l’est de la carte. Source : geoportail.

 

Vue depuis le pont Galantin au-dessus de la Vauvise – les Vallées sont à gauche. Source : Google Maps.

Il y a 200 ans, le mariage de Félicité LINARD et Germain TOUPET

Le 27 janvier 1818 à 11 heures en la mairie de Feux (18) se présentent Germain TOUPET, 27 ans, et Félicité LINARD, 28 ans. Cette dernière est la fille de Jean LINARD laboureur et Madelaine LINARD, mes ancêtres, demeurant aux Petites Vallées de Feux.

Félicité est maintenant l’aînée de la fratrie qui comptait au moins neuf enfants ; elle avait deux frères et sœurs plus âgés :  Anne née en 1785 est décédée à l’âge de 22 ans, et Paul est mort à l’âge de 5 ans.

Parmi les témoins de ce mariage figurent ses frères Pierre, Jean et Gabriel, mon ancêtre.

Je n’en ajoute pas plus, car l’acte de mariage ne précise même pas les professions des uns et des autres.

Gardez bien ce qui vient de se passer en tête car cet évènement va être suivi d’un autre concernant la même famille dans une semaine tout juste…

Ma septième génération est complète !

J’ai entrepris depuis quelques temps de reprendre mon arbre depuis le début. Comme tout généalogiste débutant, j’ai voulu remonter mon arbre trop vite … en négligeant de rechercher quelques actes un peu difficiles à trouver, en ne cherchant pas les informations sur les collatéraux et surtout en commettant l’erreur la plus regrettable : ne pas noter la source !

Je répare donc petit à petit ces erreurs. Ce qui m’a permis d’en déceler une plus grave que les autres : une erreur avec un couple homonyme (Pierre NEVEU et Marie COTTAT).

Alors, où en suis-je ?

Premier point et non des moindres, j’ai trouvé tous les ancêtres qu’il est possible de découvrir ! J’entends par là que numériquement, on devrait trouver 64 ancêtres à la 7ème génération. C’était sans compter sur un couple implexe que je retrouve trois fois ainsi que mon premier père inconnu. Je ne peux donc trouver que 59 ancêtres différents !

Au niveau des actes, j’ai presque fait carton plein :

  • Actes de naissance : trois actes non trouvés dans les archives en ligne mais dépouillés dans les relevés du cercle généalogique du Haut Berry (je pense à des années mal rangées dans le registre). Un acte non trouvé, ce qui n’est pas étonnant vu que l’ancêtre en question avait présenté un acte de notoriété pour son mariage ; il faudra donc que je fasse un tour aux archives pour retrouver cet acte. Il n’y a finalement qu’une ancêtre qui me pose vraiment problème, ma sosa 115 Françoise MIGEON dont je ne trouve aucune trace de la naissance.
  • Actes de mariages : tous trouvés, sauf bien sûr celui de mon ancêtre fille-mère.
  • Actes de décès : il m’en manque cinq.

Quelques mots sur les prénoms

Les prénoms les plus populaires sont Marie pour les femmes et Jean pour les hommes  (suivi de près par Louis). Je retrouve deux prénoms plus rares, et plus « locaux » avec une Solange et un Ursin. Tous deux des Saints berrichons.

Nuage de patronymes

Les professions

Concernant les hommes, sans grande surprise, nous retrouvons en tête les vignerons. Suivis de près par les manœuvres et journaliers. Dans cette catégorie des « petites mains », nous retrouvons également un bon nombre de domestiques (que l’on retrouve d’ailleurs surtout chez les « jeunes » lors de leur mariage). Ensuite nous avons les gens de la terre, laboureurs, propriétaires, cultivateurs. Dans les professions plus rares : deux sabotiers, un tisserand, un cabaretier, un meunier, un garçon meunier et enfin un garde forestier.

Du côté des femmes, les professions indiquées sont plus rares. A la première place nous trouvons les ménagères. Également beaucoup de domestiques, manœuvres et journalières.

Nous retrouvons bon nombre de vigneronnes, deux « laboureuses » ainsi que deux rentières. Un seul métier qui peut être considéré comme « féminin », deux fileuses. Et pour compléter, une meunière, une cabaretière / aubergiste.

Les lieux

J’ai retrouvé les lieux pour 120 évènements recensés dans les actes. La seule commune de Sury-en-Vaux représente le tiers des fréquences. Si je fais la somme avec la commune voisine de Verdigny, nous arrivons à plus de la moitié des évènements. Douze communes représentent 90% des évènements, dans un rayon de 20 km. Au final tous les évènements de ma septième génération se situent dans un rectangle de 50 km de long et 30 km de large.

Mauvais garçons

Alors que mon activité généalogique s’est réduite comme peau de chagrin ces derniers temps, une information en provenance de la Nièvre a retenu mon attention : « après celles concernant la première guerre mondiale, les fiches matricules de 1859 à 1886 ont été mises en ligne ».

Si mes ancêtres ne sont pas originaires de la Nièvre, ils dépendaient le plus souvent du bureau de recrutement de Cosne-sur-Loire. Me voici donc lancée dans la recherche de mes ancêtres nés entre 1839 et 1866 dans l’espoir de trouver quelques nouvelles informations sur mes ancêtres.

J’en arrive à Frédéric GUENEAU, mon sosa 24, dont je savais déjà qu’il était maçon. Je découvre sa description : un homme de 1,64m, cheveux noirs, yeux gris bleu, visage ordinaire.

Il est appelé à activité le 10 novembre 1880 pour le 4ème régiment du Génie où il deviendra 1er canonnier conducteur. Un certificat de bonne conduite lui sera accordé. Jusque là, rien de très extraordinaire.  Mais que vois-je au pied de page ?

« Condamné le 13 novembre 1902 par le tribunal de Sancerre à 16 francs d’amende (sursis à l’exécution) pour coups et blessures. »

gf

Archives départementales de la Nièvre – 1R 69

Moi qui cherchait un élément peu commun, me voilà servie !

Je ne m’arrête pas là, voulant retrouver la trace de ses frères. J’avais noté la naissance de René GUENEAU en 1862. Je pars donc à sa recherche. Je découvre qu’il est maçon comme son frère. Il est dispensé de service militaire car Frédéric est déjà au service. Il a ensuite quitté le Berry et fera parler de lui dans le département de la Seine.

Il est tour à tour condamné :

  • Le 24 août 1885 par le tribunal correctionnel de la Seine à 15 jours de prison pour coups et blessures et outrages à agents.
  • Le 9 février 1877 (plutôt 1887 ?) à un mois de prison pour vol.
  • Le 29 février 1888 par le tribunal de Gien à 15 jours de prison pour vagabondage.
  • Le 3 avril 1890 à 3 mois de prison pour vol par le tribunal correctionnel de la Seine.

Il est à peine sorti de prison qu’il refait parler de lui en ne répondant pas à la convocation pour la première période d’activité de réserviste en août 1890.

Et bien, voilà quelques nouveaux actes à rechercher !

Défi 3 mois : mettre en musique sa généalogie

Voilà un défi qui ma accompagné depuis le début de l’année 2016. Le but ? Fouiller la vie d’un ancêtre durant trois mois. Je l’ai remis à ma sauce en me fixant l’objectif de mieux connaître la famille de Justin LEGER, mon arrière-arrière-grand-père : frères et sœurs, oncles et tantes, tout le monde y est passé !

L’avantage est que je me suis concentrée sur cette branche pour partir à la recherche du maximum d’éléments disponibles. Il faut dire que je partais d’assez loin, car je connaissais à peine les parents et grand-parents de Justin. Et au fil des registres d’état-civil, recensements, fiches matricule j’ai pu mettre en musique la vie de mes ancêtres. Découvrir de nouveaux lieux, nouveaux métiers, nouveaux drames, et ainsi imaginer ce qu’ont pu vivre les protagonistes.

 DSC_0489

Le récit a été un peu décousu, car j’essayais de suivre en même temps les propositions de Généathèmes. Mais j’ai maintenant l’envie de réécrire ce que j’ai appris à destination de ma famille proche. Surtout qu’il me reste encore une multitude d’informations à chercher (contrats de mariage) ou à terminer de lire (tout ce qui touche au passé militaire).

Au final, ce défi  3 mois durera donc  3 mois + quelques mois !

Du Berry à la Somme [Défi 3 mois]

Partons de nouveau à la recherche de collatéraux de mon arrière-arrière-grand-père Justin LEGER. Cette fois, il s’agit de son oncle Étienne PORCHER qui a épousé Marie Eugénie BALLIN, originaire de la Somme.

  • De la Somme au Berry

A la question : qu’est venue faire Marie Eugénie BALLIN à Subligny dans le Berry ? Je n’ai pas de réponse… Sur l’acte de son mariage avec Étienne PORCHER en date du 11 janvier 1881, il est précisé que :

– les époux sont tous les deux domestiques et vivent à Subligny ;

– les parents de la mariée sont présents au mariage mais ne vivent pas à Subligny ; ils sont domiciliés au Cardonnois dans la Somme où son père est cantonnier. Je retrouve d’ailleurs leur trace la même année dans le recensement du Cardonnois, où ils vivent avec Anatole le frère de la mariée âgé de 14 ans ;

– parmi les témoins, aucun du côté de la mariée.

Une piste aurait pu être le contrat de mariage en date du 7 janvier 1881 rédigé à Vailly-sur-Sauldre par Me Fortuné MELLOT … mais les documents n’ont pas été reversés aux archives !

Et pas de trace de nos jeunes mariés dans les recensements de Subligny ni même dans le Sancerrois après 1881…

  • Du Berry à la Somme

 Et pour cause, car nous retrouvons ce couple dans la Somme, pays d’origine de la mariée !

Ils résideront tout d’abord au Cardonnois, village d’origine de la mariée, où ils sont tous deux domestiques. Deux enfants rejoignent le foyer : André Gaston et Juliette Eugénie.

Ils emménagent ensuite à Ayencourt-le-Monchel, distant d’une dizaine de kilomètres, où ils travailleront tous les deux à la compagnie du Nord : Étienne comme cantonnier aux chemins de fer, et Marie Eugénie comme garde-barrière. Des métiers hors du commun pour mes ancêtres !

Quatre enfants rejoindront le foyer : Albert, Berthe Henriette, Marie Claire Andrée et Raymond Émile.

Ligne de vie

Carte

La guerre de 14-18 aura certainement beaucoup marqué cette famille : d’après les cartes postales retrouvées, la ville fut dévastée. Les archives militaires m’apprendront également que leur fils André Gaston est mort pour la France le 25 septembre 1914, au Bois de la Gruerie dans la Marne.

Sur les traces d’Arthémise [Défi 3 mois]

Ce mois de mars va me permettre d’approfondir les recherches sur certains membres de la famille LEGER-PORCHER. Dans cet article nous partons à la recherche d’Arthémise, sœur de mon arrière-grand-père Justin LEGER, grâce aux fiches matricule…

Comme je l’ai indiqué dans l’un de mes précédents articles : impossible de trouver la trace d’Arthémise LEGER dans les recensements du Sancerrois, bien qu’elle y finisse ses jours en 1981.

  • Un tonnelier voyageur

C’est son mari Alphonse DEBIN, tonnelier, qui m’apporte la réponse grâce à sa fiche matricule : sur cette fiche sont en effet consignées ses adresses successives, m’apprenant que ce couple et leurs enfants ont souvent déménagé.

Ainsi en février 1908, juste après leur mariage, Arthémise et Alphonse traversent la Loire et s’installent à Cosne-sur-Loire, au 6 rue de Cours (je ne retrouve pas trace de cette rue dans l’actuelle ville de Cosne).

En septembre 1910, ils se rendent à Courgis, village situé dans l’actuel vignoble de Chablis. C’est là que je retrouve également leur trace dans les recensements : nous y apprenons qu’Alphonse est tonnelier chez un certain Mr FREMION. Alphonse et Arthémise ont alors deux enfants : Fernande, leur fille âgée de 3 ans, et André leur fils âgé de quelques mois. Tous les deux sont nés à Cosne-sur-Loire.

Ils déménageront ensuite en 1911 à Flogny la Chapelle chez Mr Petit, un marchand de vins,  puis en 1912 à Neuvy Sautour chez Mr Barthélémy. Ces deux localités se situent également dans l’Yonne.

Ils changent ensuite complètement de région pour arriver en 1913 à Châteaudun, dans l’Eure-et-Loir. Ils y restent au moins jusqu’en 1929. S’il n’y a pas actuellement de vignoble à cet endroit, il semble qu’autrefois la ville comptait quelques vignes.

scan

En violet : vignobles actuels

  • Alphonse DEBIN et la grande guerre

Maintenant que j’ai sa fiche matricule entre les mains, il serait bête de ne pas jeter un coup d’œil sur son parcours durant la guerre de 14-18.

Lorsque la guerre éclate, il est âgé de 30 ans. Et il fréquentera de nombreux hôpitaux ! Alors qu’il part le 15 août 1914 avec le reste du 69ème régiment d’infanterie, il sera classé dans le service auxiliaire dès le 17 novembre pour « entérite chronique / appendicite ». Il est évacué de St Aubin dans la Meuse en septembre 1915, puis fréquentera les hôpitaux de Commercy, Chambéry ou encore Nevers… ce qui ne l’empêche pas d’être envoyé en Indochine dans le 22ème régiment colonial d’infanterie ! Il débarque à Haïphong le 7 août 1917, mais de février à août 1918, il est indiqué qu’il souffre toujours d’appendicite … Il débarquera à Marseille en mai 1919 et sera définitivement démobilisé en juillet 1919.

haip