Archives de
Étiquette : femmes

Q comme Quelle est ma lignée cognatique ?

Q comme Quelle est ma lignée cognatique ?

Car les femmes de ma lignée cognatique (ascendance par les femmes), sont les seules ancêtres dont je suis (à peu près) sûre.

Je commence à partir de la cinquième génération :

GUENEAU Marie Joséphine Berthe (1892 – 1981)

PINSON Marie Marthe (1872 – 1947), ménagère

GUINGUAND Marie Louise (1836 – ?), ménagère

PINON Solange (1807-1854), couturière, vigneronne

COUDRET Geneviève (1776 – 1860), couturière

MATIVET Françoise (? – 1795)

JOULIN Anne (vers 1698 – 1748)

RICHARD Marie

 

E comme Enfants, nombreux enfants …

E comme Enfants, nombreux enfants …

Aujourd’hui je vais parler d’enfants, ou plutôt de familles nombreuses rencontrées au fil de mon arbre.

Familles nombreuses…

  • La « championne » de mon arbre est Marguerite SENEE (1692 – 1767) qui aura mis au monde 10 enfants, 7 garçons et 3 filles. Ils sont issus de deux unions différentes, la première avec Jean PRIEUR (4 enfants) et la seconde avec Louis REVERDY (6 enfants). Jean PRIEUR, l’aîné de ses enfants est mon SOSA n° 588 et Marguerite REVERDY, l’avant-dernière, ma SOSA n° 265. Marguerite était âgée de 23 à 47 ans lors de ces naissances.
  • Le couple Anne BEDU (1772-1816) et Louis MOREUX (1757 – 1831) aura 9 enfants,5 garçons et 4 filles. Lors de leur mariage, Anne a 18 ans et Louis 33 ans.
  • Le couple Jeanne RAIMBAULT (1724 – 1786) et François DEZAT (1722-1793) aura également 9 enfants, 5 garçons et 4 filles.
  • Le couple Célestine THOMAS (1819 – 1906) et Pierre GUENEAU (1809 à 1863) aura 9 enfants, 6 garçons et 3 filles .

… familles heureuses ?

Je n’ai pas trouvé de femme morte en couche, mais le nombre important de grossesses et d’accouchements ont certainement eut raison de la santé de certaines. Voici un exemple :

Françoise REVERDY se marie en 1726, elle est alors âgée de 22 ans. En 1721 elle met au monde sa première fille … la première d’une série de 8 enfants  dont 6 filles. Les naissances sont espacées en moyenne d’un an et demi. La petite dernière, Jeanne, nait le 15 novembre 1740. Françoise, elle, décède le 13 mai 1741. Difficile de se dire que cette grossesse à 37 ans ne l’aurait pas fatiguée !

Profession de femme

Profession de femme

Voici de nouveau un article sur les femmes, journée de la femme oblige. Cette fois je me suis penchée sur la profession des femmes de mon arbre.
Leur profession n’est pas toujours indiquée dans les registres. J’ai ainsi pu calculer que la profession des hommes est renseigné 2,4 fois plus souvent que celle des femmes.

Voici le classement décroissant des métiers de mes ancêtres :

  • Ménagère 41
  • Vigneronne 29
  • Manœuvre, journalière 10
  • Couturière 5
  • Domestique 3

mais aussi meunière, mendiante, cultivatrice, jardinière, bucheronne.

La profession n°1 des femmes reste bien celle de ménagère. Bien qu’il soit difficile de savoir ce qui se cache derrière ce terme. Femme au foyer ? Mais aussi certainement s’occuper de la basse-cour, voire plus.
Région viticole oblige, de nombreuses femmes sont notées vigneronnes.

Femmes des campagnes

Femmes des campagnes

Une nouvelle exposition est arrivée à l’Ecomusée du Pays de Rennes ayant pour thème  » Le grand espoir  » ou la campagne bretonne des années 60.
Je n’ai pas encore eut l’occasion de m’y rendre, mais cette exposition s’accompagne de nombreuses animations : conférences, projections de films.

Ainsi samedi 18 février, une conférence aux Champs Libres (Rennes) traitera du thème « Femme des campagnes ». En voici la description :

Quel était l’espoir des femmes et des jeunes filles à la ferme dans les années 60 ? Comment ont-elles vécu la rapide mutation des campagnes ? C’est en partant d’extraits de films de l’INA que nous proposons d’explorer cette interrogation. Ces films permettent de croiser les regards : celui que les femmes rurales portent sur leur vie mais aussi celui que la télévision transmet à la France qui s’équipe de boites noires.