Archives de
Catégorie : Considérations généalogiques

La généalogie fête internet

La généalogie fête internet

La blogosphère généalogique  est invitée, à l’initiative de Sophie Boudarel, à fêter internet.

  • Pourquoi avoir créé un blog de généalogie ?

Cela remonte à un moment bien précis de mes recherches, lors de la découverte de ma  branche MERLIN. Avec étonnement, l’un de mes ancêtres était indiqué comme étant marchand verrier. J’ai cherché cette profession dans mon moteur de recherche favori, et je suis tombée sur les blogs modes de vie au 16ème et 17ème siècle et  verriers du Rouergue. De fil en aiguille, j’ai découvert la blogosphère généalogique, et j’ai décidé de me lancer à mon tour.

  • Un blog à faire découvrir et à mettre en avant

Je vais tricher car j’ai beaucoup de mal à choisir entre les blogs que je lis régulièrement : ils sont tous tellement différents ! Et c’est finalement plus ce que je veux mettre en avant : la diversité.

6a0148c6e169ce970c017c318b2233970b

Il y a ceux qui nous font voyager : en Italie avec mes racines en Vénétie, au Québec avec Hervé Pencalet. Voyage aussi … aux archives ou dans les bibliothèques de par le monde  avec Chroniques d’Antan.

Il y a ces généablogueurs dont les ancêtres auraient pu côtoyer les miens comme Benoît et son blog mes racines familiales, François avec Châteauneuf et Jumilhac, ou encore mémoire vive, (sans oublier Sirius).

Il y a ces généalogistes qui se sont lancé dans ce projet fou de nous présenter un ancêtre par semaine comme Marine – Dans les branches.

Il y a ces belles et émouvantes histoires comme la maison de Céline, le 53, ou le journal de Léontine, raconté par Marine.

Il y a ces blogs créés il y a moins d’un an, et dont le contenu m’impressionne déjà : Murmures d’ancêtres, d’Arverne et d’Armorique, mes racines et mes L.

Il y a le blog Marques Ordinaires qui me fait culpabiliser de ne pas toujours bien citer mes sources…

Il y a des blogs avec des articles techniques comme genBECLE, la gazette des ancêtres, ou la ligne de vie par couple d’Elise.

Et il y a ces blogs que j’aime lire tout simplement, comme Degrés de parenté, la Pissarderie, Généalecole, Rhit généalogie, aide généalogie, ciel mes aïeux, Lulu sorcière, de Bretagne en Saintonges.

Et il y a aussi tous ceux que j’ai oublié de citer …

Reprendre son arbre – un peu de méthode 2/2

Reprendre son arbre – un peu de méthode 2/2

Dans le précédent article, j’ai décrit ma méthode pour reprendre mon arbre et compléter des informations manquées. Aujourd’hui, travaux pratiques avec l’exemple de Marie GIRARD ma Sosa n°73.

1. Acte de naissance

Je retrouve son acte de naissance du 6 septembre 1822. Je le télécharge, le renomme « GIRARD Marie N 1822 » et le range dans le dossier « GIRARD Marie 73 ».

Dans L’onglet « Source » du logiciel Heredis je commence par choisir la source concernée. Et hop, ma petite barre verte apparaît !

Je vérifie maintenant le contenu de l’acte. Marie GIRARD est fille de Pierre GIRARD vigneron et Anne PRIEUR. Toutes ces informations étaient déjà saisies.  Le père a 34 ans (après vérification sur la ligne de vie, il en aurait 32) et habite au village des Vignes. Voilà une information que j’avais loupé !!! Voici l’erreur réparée. Passons maintenant aux témoins. Pierre GIRARD déclare la naissance de sa fille. Le premier témoin est Jean GIRARD âgé de 29 ans, laboureur à Perrière, commune de Crézancy. Il serait l’oncle de Marie que cela ne m’étonnerait pas. Après vérification, Jean GIRARD est bien le frère de Pierre, né le 8 novembre 1792 à Crézancy. Je vais donc d’abord le créer puis l’ajouter comme témoin. Le second témoin est Ursin Prieur, âgé de 24 ans vigneron au village des Vignes à Sury-en-Vaux. Cette fois cela doit certainement s’agir de l’oncle maternel. Je fais de même, confirmation que c’est bien son oncle, création puis sélection comme témoin. Et voilà mon onglet témoin complété !

Dernière information, son père ne signe pas. J’enregistre cette dernière information et je sélectionne ensuite : « ne pas rechercher » Tadah ! La « barre » de l’acte de naissance est au maximum.

methodo

2. Acte de mariage

Je poursuis mes recherches avec l’acte de mariage en date su 3 juillet 1849. Celui-ci sera rangé dans le dossier de son mari « LEGER Louis 72 ». Je sélectionne la source.

Les informations sur les mariés sont déjà enregistrées. Je poursuis avec le paragraphe des pièces fournies. On donne les dates des actes de naissance des mariés et l’acte de décès du père du marié dont j’ai également une trace. Passons maintenant aux témoins ; je vais pouvoir ajouter de nouveaux collatéraux : Léonard LEGER oncle paternel et Joseph DELAPORTE, oncle maternel du futur, Barthelemy MAUDRY marié à tante de Marie, Françoise PRIEUR.  Ursin PRIEUR est cité de nouveau. Il me reste à créer tout ce petit monde.

De nouveau personne ne signe.

3. Acte de décès

Je n’avais pas trouvé d’acte de décès. J’ai donc entrepris de revérifier cette information, et en effet pas de trace dans les archives de Sury-en-Vaux. Une recherche sur Geneanet, et je découvre sur l’arbre de Pascal LEGER que Marie LEGER serait peut-être décédée à Sury-en-Vaux le 23 mai 1907. A vérifier.

BILAN

Ainsi donc avec ma collectionnite d’ancêtres compulsive …

  • Les sources de mes actes n’étaient pas notées, y compris sur Geneanet ce qui n’est pas très sérieux ni sympathique pour mes visiteurs.
  • Je suis passée à côté du lieu où est née Marie GIRARD
  • J’ai redécouvert que ses aïeux ne savaient pas signer et enregistré par moins de six collatéraux !
  • J’ai une piste sérieuse pour la date de son décès.
Reprendre son arbre – un peu de méthode (1/2)

Reprendre son arbre – un peu de méthode (1/2)

Je l’avoue, comme tout généalogiste débutant, j’ai été prise de collectionnite-d’ancêtres- compulsive. Le symptôme de cette maladie est l’envie irrésistible de grimper dans son arbre… au risque de négliger de noter ses sources, les témoins ou autres informations qui ne semblent pas si importantes sur le coup.

Maintenant guérie, je m’en mords les doigts avec la désagréable impression d’avoir bâclé mes recherches. Mais il n’est jamais trop tard pour bien faire. Le passage à la nouvelle version d’Heredis a été le déclencheur pour reprendre ma généalogie à la base. Voici comment je procède lorsque j’ai un peu de temps…

1. Impression des arbres de travail

Pour pouvoir griffonner et cocher les actes que j’ai vérifié, j’ai commencé par imprimer les arbres ascendants de mes grands parents sur cinq générations. Je travaille donc déjà jusqu’à ma septième génération, en avançant par n° de Sosa croissant.

DSC_0991

2. Recherche des actes et saisie des éléments dans le logiciel

J’ai ensuite entrepris de retrouver tous les actes possibles sur les sites des archives en ligne et de les télécharger. Je revérifie une nouvelle fois les parents indiqués sur les actes de mariage (on ne sait jamais) et je complète les fiches de mes aïeux si des données n’avaient pas été enregistrées.  Visuellement, les petits graphiques en bas des fiches de mes ancêtres grandissent lorsque les informations sont correctement enregistrées.  Les principales informations qui me manquent sont généralement :

  • La source du document
  • Les témoins / déclarants des actes
  • Le fait que ces témoins / parents sachent ou non signer
  • Quelques informations à côté desquelles je suis passée comme une profession différente … ou bien des indications sur les actes que je détaillerai dans de prochains articles.
3. Ranger les actes !!!

J’avais déjà un dossier Généalogie>Actes avec à l’intérieur des actes plus ou moins bien rangés.  Je l’ai renommé « Actes & ancêtres » puis créé un dossier par individu sous la forme : « NOM Prénom n° SOSA ». Cela me semble plus pratique que ma précédente organisation par n° de SOSA. Ce numéro m’est tout de même utile en cas d’homonymie.

Je range dans le dossier tout ce qui concerne mon ancêtre : photo, actes, contrat de mariage, recensement… Par convention je range le mariage d’un couple d’ancêtres  dans le dossier du mari, sauf pour le cas d’un second mariage qui est alors rangé dans le dossier de l’époux ou épouse concerné. Pour les « collatéraux », c’est plus compliqué et je ne les ai pas encore classés avant d’avoir trouvé une organisation qui me satisfasse…

Methode

Dans le dossier de François DEZAT, son acte de décès, l’acte de mariage et le dossier avec les vues du contrat

Dans mon prochain article je vais vous proposer presque en direct un pas à pas avec l’une de mes aïeule.

Vacances de Noël généalogiques

Vacances de Noël généalogiques

J’ai réussi à trouver un peu de temps durant ces vacances pour avancer sur quelques points de ma généalogie (et autres).

– Je suis retournée aux archives du Cher pour peu de temps malheureusement. J’ai malgré tout pu avoir un cours particulier sur le fonctionnement des archives notariales et découvrir mes deux premiers contrats de mariage.

– J’ai poursuivi l’écriture de quelques articles, dont mon bilan, la finalisation des articles portant sur Marie Joséphine BEUCHON. A cette occasion, j’ai pu observer que les articles peuvent se diviser et en donner de nouveaux : à partir du premier article commencé au mois de mai (tout de même !), j’en ai écrit un second sur les enfants car le premier devenait bien trop indigeste. Et un troisième est en préparation ! J’ai enfin planifié mes publications sur le premier semestre et noté toutes mes idées.  Pour le Challenge A à Z de juin prochain, il n’y a plus que les lettres Y et Z pour lesquelles je n’ai pas l’ombre d’une étincelle.

– J’ai continué l’indexation des poilus sur le site mémoire des hommes. La commune de Sury-en-Vaux est terminée !

– J’ai discuté avec mon grand-oncle, et ça ce n’est pas rien ! J’avais mis par écrit ma déception de ne pas avoir pris de notes lorsque mon grand-père avait identifié les personnes présentes sur la photo de mariage de mes arrière-grand-parents. Voici qui est presque réparé ! Sur les 39 personnes présentes à ce mariage, il ne subsiste plus que quatre points d’interrogation. En-dehors de cette photo j’ai appris quelques informations sur mon arrière-arrière-grand père et je sais maintenant que des photos militaires sont conservées chez lui !

Bilan généalogique de l’année 2013

Bilan généalogique de l’année 2013

Pour ce mois de décembre, le généathème consiste à faire son bilan généalogique de l’année écoulée ainsi que des projets à venir !

  • Une année riche en articles

Si j’ai publié autant d’articles cette année, c’est certainement grâce aux divers challenges mis en place par Sophie Boudarel, dont le but était justement de faire vivre nos blogs !

Il y a tout d’abord eut le Challenge A à Z : bloguer chaque jour une lettre de l’alphabet. Cela fait donc 26 articles en un mois. Si l’idée est vraiment très bonne, je n’ai quasiment pas eut le temps de préparer mes articles et j’en suis donc diversement satisfaite.

Les généathèmes : cette fois-ci un thème par mois. Plus de temps de préparation, et comme pour le challenge la joie de lire sur les autres blogs leur variation sur le même thème.

Une fois ces missions remplies, cela remotive aussi pour écrire d’autres articles !

  • Les généablogueurs sont super sympas

Je ne me rendais pas tellement sur les réseaux sociaux, et puis je me suis inscrite sur twitter. C’est là que j’ai rencontré de nombreux généablogueurs, et l’ambiance est tout simplement très bonne ! Astuces, humeurs, partages d’articles : je veux dire merci à vous tous, je me sens moins seule au fin fond de ma campagne. En espérant vous rencontrer dans la vie réelle (gros projet pour 2014).

  • Considérations généalogiques

Lentement mais sûrement, j’ai pu avancer sur ma généalogie, notamment suite à la mise en ligne des archives du Cher. En lien aussi avec mon arrêt qui m’a clouée au canapé ; sans généalogie je serais peut-être devenue folle ?

Autre changement cette année, deux dépenses : le passage de ma généalogie à Hérédis version 14. Un logiciel vraiment simple à utiliser et qui répond à mes besoins : des fiches faciles à saisir, un outil de recherche efficace, la construction des arbres … Autre dépense pour le passage de mon compte généanet en prémium : simplification des recherches et plus de possibilités pour l’habillage de mon arbre en ligne.

Ces deux évolutions m’ont amené à débuter un gros chantier : noter mes sources en face de chaque évènement, ce que je n’avais pas fait en temps et en heure, grisée par mes découvertes.

Enfin, le changement d’adresse et de gestion de mon blog qui passe de blogger à wordpress.

  • Projets à venir

Poursuivre la mise à jour de mes sources, je pense surtout à mes visiteurs sur geneanet.

Le challenge A à Z qui se tiendra en juin : la majorité des lettres ont trouvé leur article, il me reste à finaliser quelques recherches complémentaires et dégrossir la rédaction des articles. Cette année, je me donne une contrainte complémentaire : les articles porteront sur mes ancêtres ou ceux de mon mari ; pas de régionalisme ou d’histoire pour cette fois-ci.

Trouver des contrats de mariage : j’en ai déjà parlé ici, j’ai dressé une première liste de contrats de mariage à recherché. Sauf que les archives étaient fermées le jour où je pouvais y aller. A reporter pour l’an prochain.

Poursuivre mes recherches sur le passé militaire de mes aïeux, surtout ceux ayant connu al première guerre mondiale.

En conclusion : un programme bien chargé !!!

Calendrier de l’avent généalogique

Calendrier de l’avent généalogique

Pour ce mois de décembre, je vais vous proposer quelques découvertes chaque jour à la manière d’un calendrier de l’Avent.

Beaucoup moins prenant en temps que le challenge A à Z, chaque jour correspondra à une vidéo, un ancien article, une photo… Il suffira de cliquer sur le chiffre, en espérant que vous passerez un bon moment !

1 copie23456789 copie1011121314151617 18192021222324

Contrats de mariage : mon prochain gros chantier

Contrats de mariage : mon prochain gros chantier

Je n’ai pour le moment utilisé que les actes d’État Civil pour avancer dans ma généalogie. J’ai assez peu exploité la carrière militaire de mes ancêtres (c’est prévu), ni les actes notariés.

 

Depuis quelques temps, il me démange d’aller regarder ce qui se passe du côté des contrats de mariage en espérant en tirer quelques enseignements sur mes ancêtres. L’éloignement géographique avec le berceau de mes ancêtres ne m’aide pas !

 

J’ai néanmoins commencé à y travailler :

 

  • J’ai recensé entre 1850 et 1900 les contrats de mariage qui ont été rédigés. Pour cela j’ai tout simplement repris les actes de mariage de mes couples et regardé les informations : si un contrat a été rédigé, j’ai noté le nom du notaire, le lieu et la date.
  • J’ai ensuite vérifié si le notaire en question a bien déposé les documents aux archives. Le cercle généalogique du Haut-Berry a mis en ligne la liste par lieu, avec les noms et prénoms du notaire ainsi que la période concernée.
Me voici avec une liste épurée, prête à me rendre aux archives !

 

Voici à quoi ressemble cette fameuse liste

 

Au final je me retrouve avec dix neuf unions. Pour six d’entre elles, il n’y a pas eut de contrat de mariage. Cela concerne particulièrement ma branche maternelle ; je fais l’hypothèse qu’il possédaient moins de terres.

 

Sur les treize unions restantes, ce ne sont que sept actes qui sont a priori disponibles. Cela représente un tiers des unions où je peux espérer en apprendre plus sur les futurs époux.
Il me semble que cela va bien m’occuper de les rechercher, et j’espère également trouver d’autres actes concernant la vie de mes ancêtres dans les liasses !
Organisation : ce que je retiens du généathème

Organisation : ce que je retiens du généathème

Nous voici à la veille d’un nouveau thème du geneathème, l’occasion pour moi de faire un bilan des articles que j’ai lu.
 
1. Le carnet noir (ou pas) a de beaux jours devant lui. Je crois bien qu’aucun généablogeur n’est passé à 100% sur du virtuel. Et au final je me rends compte qu’à faire mes recherches majoritairement sur internet, je ne garde pas assez de notes écrites, ce qui me ferait pourtant gagner beaucoup de temps …

 

=> Bonne résolution : ressortir mon carnet et ne plus m’en séparer !
2. Un outil à tester : la ligne de vie par couple. Elise nous a proposé la ligne de vie par couple. La présentation me plait bien, sous réserve que l’on n’ait pas à recopier les informations deux fois. Je vais me chercher un couple sur lequel le tester !
=> Bonne résolution : choisir un couple et tester cet outil.
3. Le cas Evernote. Après en avoir tellement entendu parlé, je me suis inscrite sur Evernote. Au final je l’utilise peu, simplement pour noter des idées d’articles pour le blog. Le rangement des articles ne me convient pas et je ne pense pas être le cœur de cible : si j’ai bien un ordinateur portable, je n’ai pas de tablette ni de smartphone, donc des besoins de « mobilité » bien moindres.
4. Fichiers informatique, rien qui me satisfasse à 100%. Là où mon organisation pèche, c’est sur l’organisation de mes fichiers informatiques. Et en lisant les articles des uns et des autres je n’ai rien trouvé qui me satisfasse vraiment. Un dossier par individu me semble fastidieux. Mais mon classement par numéro sosa n’est pas non plus génial : bref je vais encore tâtonner un peu !
=> Bonne résolution : ranger les fichiers qui traînent et renommer les fichiers avec mon organisation actuelle.
5. Sauvegardes : mon point noir. J’ai lu que de nombreux généalogistes ont une sauvegarde régulière de leurs données. De mon côté c’est quand j’y pense ! Je m’envoie mon fichier logiciel par mail, mes dossiers sur l’ordinateur ont eux été copiés il y a deux bons mois quand mon ordinateur a fumé (oui, oui) et que j’ai eut peur de tout perdre…
=> Bonne résolution :demander à mon mari informaticien comment automatiser mes sauvegardes (et oui je n’ai vraiment aucune excuse pour ne pas gérer au niveau informatique…



Et vous, qu’en retenez vous ?

Ma petite (des)organisation

Ma petite (des)organisation

Le généathème de ce mois de septembre porte sur l’organisation de ses recherches généalogiques. Un exercice où je n’ai jamais excellé.
Je ferai un petit parallèle avec la recherche scientifique. Avant de lancer une étude scientifique, il faut penser son protocole expérimental très en amont, y compris la manière dont seront exploités les résultats. Car magie des statistiques, les analyses dépendront du protocole expérimental. A vouloir aller trop vite, le risque est d’obtenir de nombreux résultats … difficilement exploitables (voire pas du tout).

L’organisation c’est un peu la même chose : si on ne la réfléchit pas en amont, on perd du temps et on risque de devoir tout changer !

  • Tout d’abord le logiciel
Pour bien travailler il faut un bon outil (ici le logiciel). Car la majorité des informations se trouvent à l’intérieur. Comme j’ai un peu de mal à noter sur un cahier mes différentes recherches, je les note en commentaire sur les fiches de mes ancêtres.
  • Mes fiches papier
Je vais l’avouer tout de suite : tous mes ancêtres n’ont pas leur fiche papier. De reprendre mes ancêtre un par un (par n° SOSA) m’a permis de revérifier les informations dont je disposais et me rendre compte qu’il manquait ça et là un acte de naissance ou de décès.
Ces fiches fonctionnent par couple.


Au recto : Monsieur en haut, Madame en bas. Pour chacun leur commune d’origine en haut à gauche (ici V = Verdigny, SV = Sury-en-Vaux) et le n° de SOSA à droite. Pour chaque acte je reprends la date, le noms des parents, la profession, les témoins…


Au verso, se trouvent les détails du mariage et dans la deuxième moitié de page les enfants. Je note ici aussi les mariages ne concernant pas directement ma généalogie.

 

  • Les dossiers sur mon ordinateur
Dans mon dossier généalogie j’y trouve des sous-dossiers :
– Actes : classés de la manière suivante : n° SOSA_Type d’acte_Nom. Au final pas terrible à cause des implexes. Mais difficile de tout changer !
– Blog : calendrier du challenge A à Z, illustrations, recherches spécifiques…
– Photos : mal triées (je n’ose même pas en parler)
– Ressources : outils dont je peux avoir besoin, sous-dossiers sur les métiers, les villages de mes ancêtres
Voilà un bref aperçu de ma petite (des)organisation.
Et vous, comment vous organisez-vous ?
Bilan du Challenge A à Z

Bilan du Challenge A à Z

C’était un défi un peu fou, que j’ai bien failli louper. Un challenge qui m’a tenue en haleine tout ce mois d’avril : écrire chaque jour un article en suivant les lettres de l’alphabet ! Maintenant que j’ai pu souffler un peu, voici mon bilan de ce challenge.
  • Bloguer !
Il a été pour moi une très bonne occasion de reprendre ce blog un peu délaissé. Cela m’a permis aussi d’explorer différentes thématiques : parler d’un ancêtre en particulier, de caractéristiques communes entre plusieurs d’entre eux, d’histoire ou de géographie locale.
  • Lire
Ce challenge m’a aussi fait découvrir de nombreux blogueurs et généalogistes. Les lectures ont été diverses et variées : histoire, nostalgie, des articles longs, des plus courts, des photos …
Il y a une petite communauté très vivante, notamment sur twitter et j’ai pris beaucoup plaisir à lire les messages sur le challenge … et les autres aussi !

 

 

  • Fatiguant ?
Si les deux premières semaines se sont passées sans encombre (j’avais déjà préparé des trames), la troisième fut plus difficile ! Notamment pour la lettre N où je séchait vraiment et où j’ai dû écrire un article très rapidement. Ou pour la lettre Q, arrivée un poil en retard. Au final, je suis un peu frustrée car certains articles ont été un peu bâclés (et je ne parle pas des coquilles qui doivent traîner ça et là) alors que certains écrivains nous proposaient chaque jour de beaux articles. Bref l’impression que j’aurai pu « mieux faire », mais à être trop perfectionniste on ne fait jamais rien non plus !


Bon ce n’est pas pour me chercher des excuses, mais anémiée car enceinte, avec un boulot à 100%, une petite fille qui demande beaucoup et des travaux dans la maison, je crois que je n’aurai pas pu mieux faire en fait !


Au final j’ai beaucoup aimé ce challenge, et j’attends le prochain dans plus d’un an maintenant, en juin 2014. Dur, dur il va déjà falloir réfléchir aux article. Encore merci à Sophie !